Sud Education Aveyron fait sa rentrée

dimanche 23 septembre 2012

Article paru dans la Dépeche du Midi le samedi 22 septembre 2012

« La casse de l’école publique continue

Le syndicat Sud-Education Aveyron représenté hier par Marisol Garcia-Vicente, Robert Phavorin et Catherine Breton a dressé un bilan de la rentrée scolaire 2012-2013 dans le département sans oublier de donner un avis sur les conséquences concrètes dans les écoles du changement de gouvernement. « Sur un plan national, on note des efforts avec 40 000 postes annoncés par le ministre Vincent Peillon, a expliqué Marisol Garcia-Vicente. Mais ne nous y trompons pas, dans ce chiffre, il faut soustraire les 22 000 départs à la retraite et les 13 000 postes supprimés par Luc Chatel. Au final, il ne reste en création de postes que 5 000 enseignants. En Aveyron, cinq postes ont vu le jour cette rentrée dans le primaire. »

Pour sa collègue Catherine Breton, « après les ajustements de la dernière rentrée, on dénombre dans le département 23demi-postes. Ce ne sont que des postes provisoires qui conduisent à une destruction de la qualité de l’enseignement pour les élèves. Dans le second degré, certains de nos confrères passent leurs journées sur la route à courir entre quatre affectations aux quatre coins du Rouergue. C’est ce qu’on appelle la flexibilité extrême. Les professeurs sont saturés d’heures supplémentaires. Autre difficulté majeure, de nombreuses classes à 35 élèves qui engendrent une gestion compliquée de l’enseignement. »
« un cafouillage qui sert à faire des économies »

Les syndicalistes ont insisté sur la situation dégradée dans l’enseignement professionnel. « Il n’y a pas de remise en cause du Bac Pro en trois ans, regrette Robert Phavorin. Avec moins d’heures, on voudrait que les profs fassent le même programme qu’au collège. Tout va trop vite et ce cafouillage sert soi-disant à faire des économies.

Enfin, on pense que l’enseignement professionnel va être rattaché aux Régions avec différences de moyens et de statuts. »

Salaires, base élèves, livret personnel de compétences contrat d’avenir et refondation de l’école ont été passés en revue.

« Le ministre ne revalorisera pas nos émoluments. On est loin d’un retrait de la base élèves, fichage obligatoire des enfants depuis 2008 mais le gouvernement y réfléchit. Sur la refondation de l’école, les syndicats ont été écoutés. Mais honnêtement, on ne voit rien venir. D’après le ministre Peillon, il y a urgence mais rien ne changera cette année. Il ne faudrait pas que ça tourne au dialogue de sourd. Nous sommes donc en attente mais on est obligés de reconnaître que nous marchons toujours dans la même direction de la casse de l’école publique sans aucune rupture avec le démantèlement libéral du service public. » Et Catherine Breton de conclure en évoquant les contrats d’avenir « made in Hollande » : « Ce sont des contrats précaires. On envoie des jeunes enseignants au casse-pipe et certains craquent au bout de quelques jours. Le métier de prof ne s’improvise pas, il s’apprend. »

lien :http://www.ladepeche.fr/article/201...


Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois