LETTRE DE SUD EDUCATION DU 5 NOVEMBRE

jeudi 5 novembre 2015

LETTRE DE SUD EDUCATION 12
JEUDI 5 NOVEMBRE

Evaluations CE2 : halte au formatage et au flicage !

Le ministère a décidé de remettre en œuvre des évaluations diagnostiques en début de CE2. Leur cadre est défini dans la circulaire de rentrée qui en précise les modalités.
Elles doivent être passées dans le cours du 1er trimestre et sont basées sur la maîtrise des mathématiques et du français et il n’est pas obligatoire de les faire passer à tous les élèves, ni de faire passer tous les items.

Le choix du contenu de ces évaluations est laissé à l’appréciation des équipes pédago-giques. Elles peuvent soient proposer leurs propres évaluations soit choisir parmi des ITEMS dans une banque de données mise à leur disposition sur éduscol.
Sur le terrain, cette liberté laissée aux équipes est pervertie par des injonctions ins-titutionnelles qui débordent largement le cadre fixé pour le passage de ces évalua-tions : ITEMS et dates de passage imposés, demande de remontés de résultats …
Toutes ces demandes sont irrecevables et contreviennent à ce qui est défini dans la circulaire de rentrée pour ces évaluations.
Il s’agit d’une instrumentalisation de ces ré-sultats par certain-e-s chef-fe-s pour mettre la pression sur les équipes enseignantes et les transformer en outil de chantages aux résultats. Ce sont des abus de pouvoir que nous dénonçons.
En effet la seule obligation est de faire pas-ser des évaluations au cours du premier tri-mestre. Aucun modèle, ni date ni demande de remontée ne sont prévus.
De plus, ce type d’évaluation n’est pas un outil au service de la réduction des difficultés scolaires. Il contribue à la standardisation des pratiques de classe et à la restriction de la liberté pédagogique des enseignant-e-s.
Elles instaurent des outils de mesure de ré-sultats qui permettent de mettre en concur-rence les écoles, les enseignant-e-s et les élèves.
► Pour SUD éducation les évaluations standardisées sont incompatibles avec les valeurs et les pratiques d’une école égalitaire, émancipatrice et autogestion-naire que nous revendiquons.
► C’est pourquoi, nous invitons les équipes pédagogiques à refuser de faire remonter les résultats et à user librement de leurs outils d’évaluation.
Non à ces évaluations ! Oui à la liberté pédagogique et à l’autogestion !
Le document : http://www.sudeducation.org/Evaluat...
http://aggiornamento.hypotheses.org/2487

Livret scolaire numérique : un nouveau casier scolaire au service du patronat
Déclaration de la Fédération SUD éducation et de l’Union Syndicale Solidaires au CSE du 15 octobre 2015

Ce CSE est consacré à la réforme de l’évaluation des élèves et du brevet des collèges.
Des injonctions institutionnelles normatives  
Pour nous la question de l’évaluation des élèves ne peut pas relever d’injonctions institutionnelles normatives. Les évaluations et leurs rendus doivent être des outils construits par les enseignant-es dans le cadre de leurs pratiques pédagogiques pour faire progresser les élèves à leurs rythmes en s’appuyant sur les acquis et les recherches des pédagogies alternatives. 
Dans le dossier de presse qui lui est consacré, il est souligné que la mise en place d’un livret scolaire unique correspond à la nécessité de simplifier les outils de suivi des élèves en les uniformisant sur l’ensemble du territoire pour les rendre plus lisibles et accessibles aux familles, qui pourront enfin comprendre ce que font leurs enfants à l’école et ce sur quoi ils sont évalués.
Pour justifier le bien-fondé proclamé de cette simplification, on a le droit à une comparaison entre un exemple de livret de compétences à 50 items qui correspondrait à ce qui se pratiquerait actuellement dans les établissements scolaires et LE livret de compétences institutionnel qui contient lui bien moins d’items et qui correspondrait à un progrès décisif nous assure-t-on.
Une fois de plus, nous constatons que pour faire passer ces réformes auprès de l’opinion publique et en masquer les enjeux réels, le ministère toujours prompt à alimenter la défiance envers les enseignant-es, n’hésite pas à caricaturer leur travail en ignorant la diversité de leurs pratiques pédagogiques et surtout en oubliant qu’ils et elles sont les boucs émissaires des injonctions institutionnelles contradictoires, voir paradoxales, qu’on leur prescrit d’une mandature à l’autre.
Simplification, uniformisation des apprentissages
En effet, ce livret scolaire numérique dépasse largement le cadre d’une nécessité de simplification et d’uniformisation des outils d’évaluation.
Le nombre toujours important des items renvoie à une vision morcelée des apprentissages qui ne permet en rien d’aider les élèves à progresser. Au contraire, ceci abolit toutes tentatives de leur donner du sens.
La déclaration dans son intégralité : http://www.sudeducation.org/Livret-scolaire-numerique-un.html

Mise en place de la réforme du collège : s’opposer ensemble à la dérive managériale !
vendredi 16 octobre 2015
Pour faire passer la réforme du collège, les dernières initiatives de l’institution traduisent une certaine fébrilité et s’écartent parfois de la légalité. Elles mettent en lumière une dimension majeure des réformes en cours, qu’il s’agisse des statuts ou de la structure des établissements : le développement des prérogatives hiérarchiques et le développement de modalités managériales de gestion, sur le modèle des entreprisescapitalistes.
Les chef-fes d’établissements et les inspections ont été réunis par le ministère et la Dgesco pour mettre en œuvre 5 jours de formation annoncés très médiatiquement par la ministre. Les échos de ces réunions traduisent un grand mépris pour les enseignant-e-s et une volonté de les mettre au pas.
Cela explique sans doute les remontées inquiétantes de certaines académies. Ainsi selon l’agence de presse spécialisée AEF du 2 octobre, L’académie de Toulouse met en place un outil de pré-repérage pour détecter les établissements dans lesquels la formation prévue dans le cadre de la réforme du collège s’annonce « complexe ». Pire, elle proposait aux chef-fes d’établissements de classer les enseignant-e-s selon leur opinion vis à vis de la reforme du collège : du groupe des « opposants, rebelles, hostiles, irréductibles », à celui des « progressistes, proactifs, convaincus, avocats ou relais » , en passant par « attentistes, passifs indifférents, indécis » ! Qu’il y ait eu, depuis les révélations de l’AEF, un rétropédalage ne peut nous rassurer sur les objectifs poursuivis nationalement.
Les inspections, supposément pédagogiques, ne sont pas en reste dans le développement de cette gestion managériale et autoritaire. ….

Lire la suite : http://www.sudeducation.org/Mise-en-place-de-la-reforme-du.html

Pourquoi SUD éducation s’oppose aux nouveaux programmes
lundi 12 octobre 2015
Une méthode autoritaire, des contenus inadaptés et souvent trop denses, ces nouveaux programmes, inscrits dans le cadre des contre-réformes des rythmes scolaires, du collège et des statuts vont considérablement alourdir notre charge de travail.
Les nouveaux programmes du CP à la 3e ont été présentés au Conseil Supérieur de l’Éducation des 7 et 8 octobre. SUD éducation s’est clairement prononcé contre, comme expliqué dans sa déclaration lue en séance du 7 octobre. Nous avons par ailleurs vivement réagi aux conditions d’examen et de vote particulièrement scandaleuses de ces textes (cf. déclaration et lettre ouverte au directeur de cabinet de la ministre : www.sudeducation.org/Contre-les-nou...).
Un discours de confusion
Il faut replacer la présentation de ces programmes dans le contexte des déclarations de la ministre qui sont autant de gages donnés aux partisans du conservatisme scolaire avec comme symbole le retour à « la dictée quotidienne ». On est bien là dans une instrumentalisation du discours sur l’école, car tout ceci n’apparaît aucunement dans les nouveaux programmes. Quant à l’autre « nouveauté » annoncée qu’est le calcul mental, il est déjà habituellement pratiquée par les collègues en élémentaire... Cela ne facilite pas la lisibilité, pour les parents d’élèves et par la société, de ce qui est pratiqué à l’école, des débats réels qui la traversent, des enjeux des réformes actuelles. Cela va renforcer encore les pressions sur les enseignant-e-s à tous les niveaux.
Une politique libérale globale
L’ensemble des nouveaux programmes est désormais en cohérence avec la nouvelle version du socle dit « de connaissances, de compétences et de culture ». Celui-ci s’inscrit dans le cadre de la loi relative à l’orientation et à la formation tout au long de la vie, qui met en œuvre une école néolibérale que nous combattons. Cette loi instaure notamment un Passeport orientation et formation pour les travailleurs-euses, dispositif plébiscité par les milieux patronaux. À l’école primaire, la mise en œuvre des programmes de cycle 2 et 3 s’appuie sur les PEdT (Projets éducatifs territoriaux), dont les contenus sont soumis aux orientations et aux choix politiques de municipalité.
Des contenus inadaptés
Le tract complet : http://www.sudeducation.org/Pourquoi-SUD-education-s-oppose.html

Air France : Non à la violence des licenciements !
Communiqué de la Fédération SUD éducation
lundi 12 octobre 2015
Suite aux incidents survenus chez Air France le 5 octobre, SUD Education dénonce le fait que ces manifestations de colère légitimes soient exploitées et dramatisées par le gouvernement à seule fin de discréditer la lutte menée par le personnel et les syndicats, mais aussi de faire passer au second plan le drame - véritable celui-ci - qui touche les salarié-e-s. Car les 2.900 personnes frappées par ce plan social y laisseront bien plus que leur chemise : leurs emplois, leurs salaires, leurs projets, leurs avenirs et ceux de leur famille.
De la violence, énormément de travailleur.euse.s pourraient aujourd’hui donner une autre version beaucoup plus proche de la réalité.
Violence physique tout d’abord, lorsque des salarié-e-s mobilisé-e-s pour défendre leurs emplois sont systématiquement agressé-e-s par les policiers. Violence sociale ensuite, quand du jour au lendemain des travailleur.euse.s sont jeté-e-s dans le chômage et la précarité pendant que les actionnaires de leurs entreprises se gorgent de dividendes, quand chaque jour des militant.e.s syndicaux.ales sont réprimé.e.s, poursuivi.e.s, harcelé.e.s, licencié.e.s, quand des inspecteurs.trices du travail sont traîné.e.s en justice pour le simple fait d’avoir exercé leur mission, quand des ouvriers.ères exposé.e.s sans vergogne à des produits toxiques perdent leur santé et leur vie. Et les suicides, les dépressions, les divorces qui interviennent après chaque plan de licenciement ? Qui sont les auteurs de toutes ces violences absentes des statistiques et de la scène médiatique ?

Révoltée par le plan de licenciement d’Air France et la propagande orchestrée par le gouvernement et le patronat, SUD Education affirme sa solidarité sans faille avec tous.tes les salarié.e.s de la compagnie qui luttent et appelle à la construction d’un grand mouvement social interprofessionnel pour mettre un terme à la violence des capitalistes et de leur système .
Le communiqué : http://www.sudeducation.org/Air-France-Non-a-la-violence-des.html

Actes du stage « FéminismeS, antisexismes et questions de genre » de février 2015
jeudi 8 octobre 2015

Les 2 et 3 février 2015, la fédération SUD éducation proposait le stage « FéminismeS, antisexisme et questions de genre ».
Ce stage n’avait pas vocation à déterminer les positions de SUD éducation en la matière, mais à apporter à toutes et tous des éléments de réflexion sur ces questions.
Ces actes du stage se veulent donc la synthèse des interventions de ces deux jours, et ne constituent pas nécessairement les orientations de la fédération sur ces différentes approches féministes.
Actes du stage fédéral « FéminismeS, antisexisme et questions de genre » - février 2015
Sommaire
Les féminismeS aujourd’hui
Féminisme matérialiste
Féminisme queer
Féminisme post-colonial
Féminisme et antiracisme, l’exemple des mères voilées

  • Inégalités hétérosexistes au sein de l Education Nationale Les vrai-faux Réflexions et pratiques pédagogiques antisexistes Genre et biologie Pratiques de classe antisexistes Les femmes dans l’enseignement de l’Histoire Le dossier complet : http://www.sudeducation.org/Actes-du-stage-FeminismeS.html

SOLIDAIRES

Les campagnes et mobilisations sur Solidaires.org : http://www.solidaires.org/ ou http://www.solidaires.org/-Mobilisations-et-actualites-

Minority accord : CFDT + Hisrch
Temps de travail à l’assistance publique hôpitaux de Paris
Ainsi la CFDT et Martin Hirsch se sont entendus. A en lire l’accord, il s’agit là plus d’une nécessité de communiquer en sens qu’un véritable partage. Il s’agit plus de répondre pour l’un et l’autre à des injonctions de leurs hiérarchies respectives, surement pas aux attentes des agents .
Si les objectifs étaient d’améliorer qualité et sécurité des soins aux patients, d’améliorer les conditions de travail aux salariés, SUD-Santé n’y voit rien dans l’accord qui y contribue.

  • S’agissant des conditions de travail, SUD-Santé déplore une accélération de la flexibilité comme une irrémédiable adaptation du travailleur au travail et pas l’inverse.
  • S’agissant de la qualité et de la sécurité des soins, SUD-Santé considère qu’il est difficile de faire mieux en étant moins nombreux et en restant moins longtemps.
  • Tout au plus le directeur général y trouve-t-il réponse au troisième objectif de la réorganisation qui consiste à faire des économies...il ne l’aurait pas signé si ce n’était pas le cas. Le reste n’était-il pas que secondaire pour lui. Quoiqu’il en soit et bien au-delà de l’effet d’annonce cet accord reste ultra minoritaire. Il n’engage que ce qui l’ont signé et certainement pas les hospitaliers qui n’y trouvent pas réponses à leur malaise. Martin HIRSCH n’a pas entendu leurs aspirations, il n’a pas mesuré pleinement le ras le bol exprimé au printemps dernier. A n’en pas douter les agents de l’APHP le lui rappelleront rapidement ramenant cet accord à sa juste place : à la corbeille !!! Lire la suite : http://www.solidaires.org/Minority-accord-CFDT-Hisrch

SOLIDARITE AVEC LES SALARIES-ES D’AIR FRANCE
Le dossier sur le site national de Solidaires est régulièrement mis à jour, n’hésitez pas à aller y faire un tour !
http://solidaires.org/En-defense-de-l-emploi-Solidarite-avec-les-salarie-es-d-Air-France

Les 5 salariés d’Air France interpellés à domicile ont été mis à pied sans solde. L’intersyndicale d’Air France a mis en place une caisse de solidarité :
https://www.lepotcommun.fr/pot/h8micqm8
Une pétition est en ligne pour afficher notre soutien sans faille aux salariés :
https://www.change.org/p/premier-mi...
Ce jeudi 22 octobre un rassemblement est appelé très largement devant l’Assemblée nationale pour refuser la criminalisation du monde salarié (voir le tract d’appel de SUD Aérien : http://solidaires.org/Le-22-octobre...)
En Seine-Maritime, Solidaires 76 a décidé d’appeler au rassemblement parisien mais aussi de proposer aux autres OS un rassemblement le même jour dans les principales villes du département : n’hésitez pas à faire circuler les infos sur d’autres initiatives de solidarités locales.
Enfin, vous trouverez également en pièces jointes :

  • la motion de soutien de la fédération SUD PTT
  • l’affichette de Solidaires IDF faisant le lien entre boycott de la conférence sociale et solidarité avec les salariés d’Air France
  • un texte de Frédéric Lordon paru sur le site du Monde Diplomatique : « Air France : le parti de la liquette »

AMASSADA
Bonjour,
Nous lançons aujourd’hui une opération d’acquisition collective des 2.000 mètres carrés de terre autour de l’Amassada, sur le site de la Plaine à Saint-Victor-et-Melvieu. Il s’agit d’une parcelle située sur le site convoité par RTE pour implanter son méga-transformateur de sept hectares. Comme ce fut le cas lors de la lutte du Larzac, l’objectif est d’être le plus nombreux à s’engager dans la défense de cet endroit, au côté des habitants qui résistent. Cet achat se fera en indivision, chacun pouvant devenir acquéreur pour une somme modique (une dizaine d’euros). Plus nous serons nombreux, plus nous compliquerons la tâche aux promoteurs ! Car ils devront alors non pas exproprier deux propriétaires isolés, mais faire ces démarches pour toutes les personnes ayant acheté.
Par cet achat collectif, nous exprimons notre solidarité envers les agriculteurs qui refusent de vendre : nous ne les laissons seuls ni face aux pressions de RTE, ni face aux menaces de la préfecture, ni face aux procédures d’expropriation qui risquent de poindre dès le début de l’enquête d’utilité publique.
En lançant cet appel à travers la France, nous affirmons une fois encore que le méga-transformateur de Saint-Victor-et-Melvieu n’est pas seulement une menace pour le village et la commune, mais pour toute une région. Et qu’il nous incombe donc à tous de nous y opposer.

Nous comptons sur vous.
http://douze.noblogs.org/

A très bientôt !


Documents joints

LETTRE DE SUD EDUCATION DU 5 NOVEMBRE
LETTRE DE SUD EDUCATION DU 5 NOVEMBRE

Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois