LETTRE DU 16 JANVIER

vendredi 16 janvier 2015

L’appel aux grands principes ne peut remplacer des politiques concrètes pour l’égalité.

A l’occasion de cette séance du Conseil Supérieur de l’Education placée une semaine après les attentats à Paris, nous voulons tout d’abord donner lecture de l’expression publiée par la fédération SUD éducation en réaction :
Contre le fascisme, religieux ou nationaliste, contre le racisme, défendons les libertés publiques et l’égalité.
Une autre école, une autre société
Puisque nous sommes réuni-e-s au sein du Conseil Supérieur de l’Education, nous voudrions ici ajouter à ce communiqué quelques mots sur l’école.
Nous comprenons le fort désir de se retrouver toutes et tous ensemble, au-delà de toutes les différences d’opinion, qui s’est manifesté ces derniers jours face à l’émotion. Cela ne doit pas empêcher le questionnement politique et l’analyse sociale. Ce sont précisément ce questionnement et cette analyse qui nous empêchent de souscrire au « front républicain ».
Le passage à l’acte des assassins interroge les politiques publiques et les institutions dans leur ensemble. Il n’est plus possible d’étouffer les critiques du système carcéral, qui doit être questionné dans son ensemble. Mais l’école doit également être interrogée. Il faut refuser la fausse alternative selon laquelle l’école serait responsable de tout ou ne serait responsable de rien. L’école a sa part de responsabilité dans le climat social actuel, dans les inégalités qui grèvent la société. La transformation de l’école de suffira pas pour résoudre les inégalités sociales, pour mettre fin aux racismes et lutter contre les fanatismes, certes. Mais l’école doit y prendre sa part.
Lorsque les forces réactionnaires s’en prennent à l’école, il faut cesser de céder. Sur le genre, sur les ABCD de l’égalité, nous avons suffisamment interpellé le ministère.

Lire la suite : http://www.sudeducation.org/Declara...

CONTRATS AIDEES CUI-CAE DANS L’EDUACTION NATIONALE
HALTE AU TRAVAIL GRATUIT 

Travailler 24 h payées 20 h ça suffit !!

Il existe un principe de base : tout travail mérite salaire. Mais dans le rpemier degré, de nombreuses et nombreux AVS en CUI travaillent 24h alors qu’il e elle sont payé-es 20h.
Cela est illégal. En effet, à l’inverse des AESH et des AED (assistant d’Education), le statut du CUI permet la modulation mais pas l’annusalisation. C’est vrai qu’il es possible d’avoir des semaines « hautes » et des semaines « basses » à condition qu’elles soient indiquées dans le contrat de travail et dans la limite du dixième de la durée hebdomadaire 22h mawimum pour un contrat de 20h)....

Lire la suite : http://www.sudeducation.org/Contrat...

ET DES PRIMES DE 25 620 EUROS POUR LES RECTEURS ET LES RECTRICES EN SUS DE LEUR SALAIRE

Par arrêté du 23 décembre 2014, les ministres chargés de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, de la Fonction publique, et du budget ont modifié la part fixe de la prime annuelle accordée aux recteurs en sus de leur salaire déjà confortable1 : elle est ainsi passée de 15 200 € à 25 620 €, augmentant de 10 000 € c’est-à-dire de 68 % !
Se concrétise sans doute ainsi le « geste de solidarité » des fonctionnaires « qui gagnent plus de 7 000 € par mois » évoqué par la ministre de la Fonction publique en mai 2014 lorsqu’elle a prolongé jusqu’en 2017 le gel du point d’indice en vigueur depuis 2010 (selon lemonde.fr). Ah là là c’est l’austérité pour toutes et tous… ou presque !
Les conditions de travail de ces pauvres gens sont très pénibles.

Lire la suite :http://www.sudeducbourgogne.com/art...

17 janvier 1975 - 17 janvier 2015 : Le droit à l’avortement a 40 ans et il est toujours à défendre !
Tract d’appel à la manifestation du 17 janvier 2015 de l’Union syndicale Solidaires

Le 17 janvier 1975, la loi Veil, en légalisant l’avortement, a permis à des millions de femmes de voir reconnaître un droit fondamental, de mettre fin aux avortements clandestins et aux milliers de décès... Cette loi résulte de fortes mobilisations (manifestations de rue, procès dit de Bobigny, manifeste des 343…), qui ont obligé le gouvernement de l’époque à répondre favorablement au droit à l’avortement.
Le droit à l’avortement reste fragile et appelle à la vigilance à l’heure où resurgissent de nombreux conservatismes.

Lire la suite : http://www.sudeducation.org/17-janv...

Toutes et tous mobilisées le 26 janvier contre la loi Macron le 26 janvier 2015 pour nos droits et nos conditions de travail

Alors que nous sommes encore sous le choc des attentats de ces derniers jours, nous devons néanmoins contionuer la lutte contre les attaques sociales du gouvernement et celles incessantes du patronat. Le sprochaines sont contenues dans la loi Macron. Elle sera présentée à l’Assemblée Nationale le 26 janvier.
Le travail du dimanche
Réforme du tribunal des Prud’hommes

Lire la suite : http://www.solidaires.org/article50...

Pour ne plus perdre sa vie à la gagner !
La santé au travail est une question de santé publique
]

Or chaque semaine qui passe voit se multiplier les attaques du patronat et du gouvernement contre les droits sociaux, notamment en matière de santé au travail. Pourtant, la situation est alarmante : au nom d’une soi-disant « rationalisation » des coûts, les logiques organisationnelles aujourd’hui à l’œuvre au sein des entreprises, dans l’industrie comme dans les services, dans le secteur privé comme dans le public, contribuent à aggraver l’exploitation des corps et à dégrader de manière profonde la santé de nombreux travailleurs. Résumer la situation actuelle à une crise de l’emploi revient à dissimuler ces autres dérives de notre système productif.
Mais certaines des mesures récemment adoptées, comme plusieurs de celles qu’envisagent aujourd’hui le gouvernement ou les organisations patronales vont plus loin : un à un, les différents acteurs de la chaîne de prévention voient leurs prérogatives ou leur
marge d’action se réduire et, avec elles, ce sont les instruments de la prévention des risques et de la protection des salariés qui se trouvent remis en cause.

Lire la suite : http://www.solidaires.org/IMG/pdf/n...
Site de la pétition : http://pourneplusperdresaviealagagn...

Soutenons le droit du peuple grec à prendre en main son destin

Nous, organisations politiques et syndicales, associations citoyennes françaises, souhaitons alerter l’opinion publique au sujet de la situation politique et sociale en Grèce aujourd’hui. Nous sommes unis par le souci de voir la démocratie et la transformation sociale progresser à nouveau en Europe.
A l’issue de près de cinq années d’austérité imposée par la troïka de la Commission Européenne, de la BCE et du FMI, qui ont conduit le pays dans un désastre économique et social sans précédent, les Grecs sont appelés à exprimer leur volonté dans les urnes. Tout laisse présager le désaveu des politiques austéritaires qui ont été appliquées et la montée électorale des forces qui les contestent.
La victoire de SYRIZA peut ouvrir la voie à la fin de la politique néolibérale d’austérité mise en œuvre par les gouvernements grecs et à la tutelle de la Troïka, au rétablissement de la souveraineté populaire et du cadre démocratique, à la sauvegarde des services publics et du patrimoine public, à la redistribution des richesses en faveur de la population. Comme le montrent les manifestations massives au Portugal, en Espagne et plus récemment en Italie, ou la grève générale en Belgique, l’injonction de rembourser aux détenteurs de capitaux des dettes illégitimes au prix de la destruction d’un modèle social ne passe plus

Lire la suite : http://www.solidaires.org/IMG/pdf/F...

LECTURES

Le nouveau numéro des cahiers d’alter vient de paraître :
N°74, sur la réforme territoriale ».

Retrouvez notre dossier en ligne : « les salariés doivent-ils craindre la réforme territoriale et les métropoles ? » par Jean-Louis Frisulli, représentant Solidaires au CESER IDF.

Et la rubrique ECO, un entretien avec Olivier Coutant - délégué syndical SUD-Michelin - racontant son expérience de lutte face au PSE de Joué-les-Tours (37).
Toutes les autres rubriques sont disponibles dans la version papier. Ce numéro « spécial » a fait l’objet d’une note spécifique concernant l’actualité et l’utilisation du logo « Solidaires contre tous les fascismes ».

Pour en savoir plus, et notamment vous abonnez (Syndicat, CE, etc.) si ce n’est pas encore fait, à ce qui constitue un excellent outil syndical de formation, d’information et de pratique syndicale, le bulletin d’abonnement.

Lire la suite : http://www.solidaires.org/article49...

« Le capitalisme veut tuer la nature, crever et nous faire crever. »

“On peut dire que Keynes a introduit, avec Leonard Wolf, l’éditeur de l’œuvre, Freud en Angleterre. Tous ses écrits sont imprégnés de Freud. Sa théorie des marchés (complètement à l’opposé des sornettes sur l’offre et la demande des libéraux) est une théorie des mouvements de foule, de la panique, du panurgisme, de la mode et du mimétisme, dans la tradition de Psychologie des foules et analyse du moi. Il reprend à son compte la notion freudienne de « pulsion de mort » dans son analyse de l’accumulation et de l’argent. Le désir d’accumulation est un désir morbide d’argent, qui relève de la pathologie de Midas, le roi qui se conduit lui-même à la mort par son désir effréné d’argent. Le capitalisme est un stade infantile de l’humanité, où les hommes sont à jamais insatisfaits ; c’est un système pervers, qui joue sur la frustration, favorise la servitude volontaire et ne satisfait aucun besoin. Le capitalisme veut tuer la nature, crever et nous faire crever.”

« John Maynard Keynes, ou le triomphe de l’anticapitalisme » (extrait), par Oncle Bernard, Charlie Hebdo n°865, p. 17, 14/01/09.

A très bientôt !


Documents joints

Lettre Sud Education 12 16 janvier 2015
Lettre Sud Education 12 16 janvier 2015

Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois