LETTRE DE SUD EDUCATION 12 vendredi 5 février...

vendredi 5 février 2016

LETTRE DE SUD EDUCATION 12
vendredi 5 février 2016

Réforme du collège : communiqué intersyndical sur les suites de la mobilisation après la grève du 26 janvier
SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, SFSDPEP-FO, CGT, CGT enseignement privé, SNALC-FGAF, SNCL-FAEN, SIES-FAEN, CNGA CFE-CGC, SUNDEP-Solidaires, SUD éducation

L’intersyndicale second degré (SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, SFSDPEP-FO, CGT, CGT enseignement privé, SNALC-FGAF, SNCL-FAEN, SIES-FAEN, CNGA CFE-CGC, SUNDEP-Solidaires, SUD éducation) se félicite du succès de la grève du mardi 26 janvier, majoritaire. Elle montre une nouvelle fois le rejet massif de la réforme « collège2016 ».
Cette journée venait après la campagne ministérielle qui tentait de contraindre, par la menace et les pressions, les personnels à participer à des journées de formation/formatage qui, finalement n’ont fait que renforcer leur détermination. Elle est une réponse au mépris affiché par la ministre qui refuse toujours de les entendre, de recevoir l’intersyndicale et persiste dans sa volonté d’imposer autoritairement et contre les personnels sa réforme.
L’intersyndicale réaffirme sa détermination à obtenir l’abrogation de la réforme du collège, à bloquer sa mise en œuvre à la rentrée 2016 et appelle l’ensemble des collègues à poursuivre la lutte.
Elle soutient toutes les initiatives décidées collectivement dans les établissements en lien avec les organisations syndicales de l’intersyndicale (reconduction de la grève, assemblées générales, heures d’information syndicale, refus collectif des formations à la réforme, refus des DGH qui entérineraient les dispositifs de college2016, initiatives communes avec les parents d’élèves…).
Elle s’adressera solennellement au Président de la République pour lui exprimer sa détermination et sa demande d’ouverture immédiate des discussions sur d’autres bases.
Elle appelle les personnels à débattre des modalités d’actions pour amplifier le rapport de forces pour gagner. Elle se réunira rapidement pour décider d’initiatives nationales dès la rentrée des congés d’hiver.
Document en ligne :http://www.sudeducation.org/Reforme-du-college-communique.html

Des sous ... mais pas pour nous ! Les nouveaux cadeaux du ministère pour les chef-fe-s

Alors que les salaires des enseignant-e-s sont congelés depuis 5 ans et qu’ils ont même baissé avec la hausse des prélèvements - alors que les réformes du ministère sont largement rejetées par les personnels - ses choix sont très clairs : renforcer la hiérarchie en l’achetant à coup de primes au rendement et au mérite contre les revendications des personnels.
Ainsi les cadeaux aux chef-fe-s se multiplient.
En fin d’année dernière, les recteurs et les rectrices ont eu droit à une augmentation de 68 % de la part fixe de leur prime annuelle qui est ainsi passée de 15 200 € à 25 620 €.
En atteignant tous ses objectifs de 2015, un recteur ou une rectrice d’académie pourra donc toucher « une prime globale », en plus de son salaire, pouvant aller jusqu’à plus de 37.000 euros
Cette année, ce sont les DASEN et les IEN qui se voient attribuer de nouvelles primes dont les montants sont proportionnels aux pressions que subiront les personnels sur le terrain.
Les IEN (inspecteurs-trice-s de l’Éducation nationale) vont bénéficier d’une revalorisation indiciaire avec la création d’un nouvel échelon à la fin de la hors-classe. Cela correspond a environ 4 500 euros bruts et c’est 11 fois plus que l’ISAE !
Les DASEN et les DASEN adjoint-e-s se voient accorder une indemnité́ principale mensuelle et un complément annuel versé en fonction de « la manière de servir » dont les plafonds annuels vont de 30 à 50 000 euros soit l’équivalent de plus de deux ans de salaires d’un-e enseignant-e en milieu de carrière.
Et pendant ce temps-là sur le terrain, les conditions de travail des personnels se dégradent, les moyens ne cessent de baisser, à mesure que les injonctions hiérarchiques se multiplient pour imposer au forceps les réformes ministérielles, au service de la politique d’austérité gouvernementale.
Nous dénonçons l’attribution de ces primes « à la casse » qui ont pour objectif de sur-motiver les hauts-fonctionnaires à contraindre les personnels de terrain à mettre en application les contre-réformes qu’ils et elles contestent.

Contre la hiérarchie et le management, SUD éducation revendique des directions d’établissement collégiales.
 Contre les primes au mérite et à l’obéissance, SUD éducation revendique l’égalité des revenus et l’augmentation générale des salaires pour toutes et tous.

Le document en ligne :http://www.sudeducation.org/Des-sous-mais-pas-pour-nous-Les.html

Bac Pro conductrice et conducteur transport routier :
Une attaque inacceptable !

Les professeur-e-s remplacent les inspecteurs/trices de la sécurité routière lors des évaluations.
Le Conseil Supérieur de l’Éducation du 9 décembre 2015 a voté un arrêté modifiant les procédures d’évaluation du contrôle en cours de formation (CCF) des épreuves de conduite du groupe lourd dans la spécialité « conducteur transport routier marchandises » du baccalauréat professionnel.
Outre notre opposition au CCF, SUD éducation s’oppose à cet arrêté et à ses dispositions, sur le fond comme sur la forme.
En effet, la délégation à la sécurité et à la circulation routière du ministère de l’intérieur a été conduite à réduire l’implication de ses expert-es du permis dans les évaluations des épreuves de conduite incluant l’enseignement de la conduite de véhicules dans ce diplôme de l’éducation nationale.
Ce texte a été présenté comme applicable avant sa parution, ce qui explique que des élèves ont déjà passé ce permis suivant la nouvelle procédure.
Ainsi, notre institution s’affranchit de la réglementation qui veut qu’un texte ne soit appliqué, qu’une fois publié au bulletin officiel, avec au passage le risque d’entraîner l’annulation des diplômes passés dans ces conditions.
Mais qui plus est, cet arrêté parait éminemment dangereux. Ce texte décline plusieurs dispositions de la loi Macron dont l’externalisation du permis poids lourd à des organismes de formation professionnelle et la réduction de la durée minimale du nombre d’heures de formation.
Ces nouvelles dispositions ont pour but premier de faire des économies sur le dos de la sécurité des nouveaux et nouvelles conducteurs–trices routier-e-s et des usager-e-s de la route au risque d’engendrer des catastrophes.

La suite  :http://www.sudeducation.org/Bac-Pro-conductrice-et-conducteur.html

SOLIDAIRES

Pour un droit du travail protecteur des salarié-es !
La construction du Code du travail en France est issue d’un siècle entier de grèves et de négociations. Les lois et les conventions internationales concernant les durées légales, le smic, les conditions de travail, les institutions représentatives du personnel, la santé, l’hygiène, la sécurité, et les droits attachés aux licenciements sont le fruit des combats passés. Il en est de même de la construction du statut de la fonction publique.
A peine les lois Macron et Rebsamen votées, le gouvernement compte engager, en suivant les préconisations du rapport Combrexelle, une réforme qui peut changer la nature du Code du Travail et transformer la fonction de la négociation collective. La volonté affichée de simplification dissimule un projet de déréglementation qui vise à affaiblir les droits des salarié-es en élargissant les possibilités pour la négociation d’entreprises de déroger au code du travail en défaveur des salarié-es.
Ne nous y trompons pas. L’ensemble des salarié-es est visé. Le Premier ministre préconise le même breuvage pour la fonction publique : « il faudrait un rapport Combrexelle pour la fonction publique ». D’ores et déjà un agent sur cinq est soumis au système du contrat. Et Macron affirme que le statut des fonctionnaires n’est plus ni « adéquat » ni « justifiable ».
En réalité le droit du travail n’a jamais été aussi complexe que depuis que se sont multipliées les dérogations à la loi en faveur du patronat. Le but du Medef et du gouvernement n’est pas de simplifier le droit du travail. Il est de mettre en cause la légitimité de la loi, de liquider définitivement le principe de faveur, qui prévoit que les accords d’entreprises ne peuvent déroger aux accords de branche ou au code du travail que s’ils sont plus favorables aux salariés. Le but est de mettre la négociation collective au service de la compétitivité et des employeurs et d’aboutir à un code du travail facultatif pour sa plus grande partie. Le rapport Combrexelle va même jusqu’à prévoir qu’un accord collectif puisse primer sur « l’intérêt individuel » du salarié-e concrétisé par son contrat de travail. Sont donc remis en cause par ces propositions tant les acquis collectifs des salarié-es que les avantages individuels des contrats de travail.
La suite :http://cqfd-lesite.fr/

8 MARS : Toutes et tous pour les droits des femmes !
Journée Internationale des femmes
les 21 et 22 mars

Voir la vidéo : http://www.solidaires.org/8-mars-Toutes-et-tous-pour-les-droits-des-femmes

Appel/pétition état d’urgence) « Pour nous, c’est définitivement non ! »
Pétition

Non au projet de déchéance de la nationalité, non à une démocratie sous état d’urgence, non à une réforme constitutionnelle imposée sans débat, en exploitant l’effroi légitime suscité par les attentats.
Nous n’acceptons pas la gouvernance de la peur, celle qui n’offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels.
Notre rejet est absolu. Nous appelons tous ceux et celles qui partagent une autre idée de la France à le manifester.
La pétition  :http://www.solidaires.org/appel-petition-etat-d-urgence-Pour-nous-c-est-definitivement-non

MOBILISATIONS A L’INTERNATIONAL
http://www.solidaires.org/-A-l-international-

Notre Dame des Landes, ni expulsions ni aéroport
Tous et toutes le 27 février à Notre Dame des Landes.
Des départs collectifs en préparation en lien avec les comités de soutien sont organisés, renseignez vous pour y être nombreux et nombreuses.
Lire le dossier : http://www.solidaires.org/Notre-Dame-des-Landes-ni-expulsions-ni-aeroport-3366

LECTURE

Cher-e-s camarades,

L’association Questions de classe(s) qui publie la revue N’autre école/Questions de classe(s), anime le site Questions de classe(s), édite la collection N’autre école chez Libertalia et participe ou organise des « événements » ou des stages pour une révolution sociale, éducative et pédagogique fait appel à vous.

La critique sociale et pédagogique que nous suscitons sera plus forte si nous la portons plus nombreuses et nombreux, si nous sommes un plus grand nombre à la faire vivre, la mettre en débat dans notre champ professionnel et dans les débats publics.

Nous allons dans les semaines qui viennent lancer une grande campagne d’abonnement à « n’autre » revue et pour cela nous avons besoin de toucher un beaucoup plus grand nombre de lecteurs et lectrices potentiels. Notre lettre hebdomadaire numérique est envoyée à environ 60 000 adresses courriels et le nombre de connexions « uniques » à notre site est de 35 000 à 70 000 visites
mensuelles. C’est déjà beaucoup mais c’est trop peu…

Nous vous demandons donc de relayer auprès des syndicats de la Fédération Sud éducation un appel à nous donner les courriels des établissements scolaires pour augmenter significativement le nombre de nos contacts. Plus précisément, nous avons besoin des listes départementales d’écoles et des listes académiques des établissements scolaires et autres structures de l’Éducation nationale.

Par ailleurs, nous vous rappelons que notre site est un site coopératif et que les syndicats peuvent y poster des informations de luttes ou de débats. Cet outil est d’ailleurs déjà utilisé par votre fédération et par plusieurs syndicats Sud.
Vous pouvez également relayer systématiquement la lettre hebdomadaire auprès de vos adhérents et sympathisants comme le font également des syndicats Sud.

Pour s’abonner à la lettre : http://www.questionsdeclasses.org/ ?Lettre-hebdo ou contacter le collectif ou admin questionsdeclasses.org

Le site :http://www.questionsdeclasses.org/

A très bientôt !


Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

7 février 2011 - CREATION D’UN COLLECTIF DE DEFENSE DE NOS ECOLES A MILLAU

Un collectif de défense des écoles du premier degré et du second degré se met en place afin (...)

7 février 2011 - Actions Millau

Pour contrer les réductions inédites des dotations horaires des établissements, les personnels (...)