LETTRE DU 14 NOVEMBRE

dimanche 15 novembre 2015

LETTRE DE SUD EDUCATION 12
vendredi 13 novembre


Communiqué de l’Union syndicale Solidaires
 
Solidarité et résistance

 
L’Union syndicale Solidaires exprime sa profonde tristesse et sa solidarité avec toutes les victimes des attentats qui ont secoué Paris et Saint Denis hier soir, avec leurs familles, leurs collègues, leurs ami-es.

Elle salue le courage de toutes les personnes, fonctionnaires, agents des services publics, membres de la sécurité civile qui sont intervenues et ont porté les secours.

Le mouvement syndical est un instrument de la démocratie et de la lutte collective pour une société d’égalité, de justice sociale et de paix. Notre combat contre tous les fascismes et pour la transformation sociale prend tout son sens après une telle horreur.

L’Union syndicale Solidaires participera à l’expression de la solidarité aux victimes. Elle reste attentive aux évolutions de la situation et fera front avec l’ensemble des mouvements sociaux pour résister au piège de la terreur mais aussi restera vigilante à toute restriction des libertés publiques dans un contexte national et international qui n’a fait que s’aggraver depuis les attentats de janvier.

Nous rejetons toute stigmatisation d’une partie de la population pour son origine ou sa religion, toute intolérance religieuse, et nous continuerons à combattre des attitudes ou des politiques de ce type dans les entreprises, les services et dans la société de manière générale.
 Des vraies solutions pour la paix et la justice sociale sont nécessaires.
 Paris, le 14 novembre 2015
 Union syndicale Solidaires http://www.solidaires.org

Voie professionnelle : 2 mois après la rentrée, aucune amélioration 

Communiqué intersyndical - Nov 2015


Aucune amélioration 
des conditions de travail des personnels

Aucune amélioration 
des conditions d’étude des élèves

L’intersyndicale de l’enseignement professionnel dénonce les conditions dans lesquelles s’est effectuée la rentrée en LP, SEP, EREA et lycées agricoles. Dans l’Éducation nationale, malgré l’accueil de 5000 élèves supplémentaires, 66 équivalents temps plein ont été supprimés.
Exclus du système de pondération dont bénéficient les voies générale et technologique, écartés du dispositif d’éducation prioritaire, dévalorisés par une mise en concurrence déloyale avec l’apprentissage, les lycées professionnels, ses personnels, ses élèves payent un lourd tribut aux politiques d’austérité budgétaire. De plus, l’enseignement professionnel est la voie de formation qui recrute le plus de contractuel- les. Depuis quelques années, à ses inégalités persistantes s’ajoutent des conditions de travail fortement dégradées pour l’ensemble des personnels.

Le contrôle en cours de formation (CCF) est chronophage, il porte atteinte au caractère national des diplômes. L’indemnité dérisoire de 300 euros pour 6 heures d’enseignement en classes de CAP et première et terminale ne compense en rien la surcharge de travail générée et ne participe aucunement à résoudre le problème d’inégalité de traitement entre les personnels des 3 voies du lycée.

Le nouveau décret d’encadrement des PFMP fait référence à nos statuts – seule législation en vigueur en ce qui concerne la responsabilité des enseignant-es dans les suivis de nos élèves. Pourtant, certaines équipes de direction et/ou d’inspection l’utilisent pour augmenter encore la charge de travail des personnels ou tenter d’imposer de nouvelles missions.

Un droit opposable au retour en formation qualifiante des décrocheurs dans nos établissements est mis en œuvre cette année sans aucun moyen alloué ni mesures de remédiation.

La multiplication des « mixages » de publics (apprentis, lycéens, adultes en formation) et des parcours dégradent considérablement les conditions d’enseignement.

L’attribution de dotations horaires globales inférieures à ce que prévoit l’application des grilles du bac pro (BO du 2 février 2009) prive certains établissements de moyens indispensables à leur bon fonctionnement.

La globalisation des grilles horaires génère une concurrence inacceptable entre les disciplines et/ou entre les classes.

Les réformes successives de la taxe d’apprentissage impliquent qu’elle se réduit d’année en année. Certaines filières dans les LP et SEP ne peuvent plus fonctionner correctement. 


Nos organisations exigent des mesures concrètes pour une revalorisation urgente de la voie professionnelle. 

Nous revendiquons :
La suppression des CCF, au profit d’un retour généralisé aux épreuves ponctuelles terminales car ils remettent en cause la dimension nationale du diplôme.
L’inclusion de la voie professionnelle dans le système de pondération de 1,1 heure.
La réhabilitation d’un parcours bac professionnel en 4 ans afin de limiter les sorties scolaires sans diplômes
L’arrêt du développement de l’apprentissage (et de la menace qu’il représente sur nos statuts) au détriment des filières sous statut scolaire.
Le retour à des grilles horaires disciplinaires annuelles.
Des moyens suffisants pour permettre aux lycées professionnels de fonctionner correctement. La diminution actuelle de la taxe d’apprentissage est inacceptable.
Des mesures réelles pour enfin résorber la précarité dans l’enseignement professionnel.

Dans son discours de rentrée sur la voie professionnelle, la ministre de l’Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkhacem déclarait que les enseignant-e-s des lycées professionnels étaient « l’avenir de la nation ». Afin de matérialiser enfin ce noble dessein, il est urgent d’améliorer les conditions de travail des personnels concernés et de prévoir un plan de revalorisation salariale, à commencer par le dégel du point d’indice.
NOUS INVITONS LES PERSONNELS ENSEIGNANTS À SE MOBILISER POUR QUE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PUBLIQUE SOUS STATUT SCOLAIRE, SES PERSONNELS, SES ÉLÈVES OBTIENNENT DES MOYENS À LA HAUTEUR DES ENJEUX QU’ELLE REPRÉSENTE.

Tract intersyndical : http://www.sudeducation.org/VOIE-PR...

Contre la réforme du collège et les formations : la lutte continue !}

Alors que la mise en œuvre autoritaire et managériale des formations que nous dénoncions avant les vacances se généralise, SUD éducation renouvelle son opposition à la reforme du collège et à la mise en place des formations.
Vous trouverez ci-dessous le matériel de SUD éducation et les derniers appels intersyndicaux.
Refusons ensemble les formations collège jusqu’à 8 jours de formations obligatoires annoncés, au détriment des formations du PAF
Des personnels sollicités pour être des relais de la mise en place de la réforme
Les formations feront exploser le temps de travail de tous les collègues

Refusons ensemble les formations collège
Contre-réforme du Collège 2016 : par la grève, refusons les jours de formation obligatoire !

Quatre mois après la promulgation de la contre-réforme Collège 2016, qui s’inscrit dans la politique générale de régression sociale menée par le gouvernement (destruction de l’école publique, du statut du fonctionnaire et du droit du travail), les enseignantEs lui restent très majoritairement hostiles. Le gouvernement demeure cependant déterminé à la faire passer en force et veut imposer à touTEs les professeurEs de collège cinq journées de formation obligatoire (étalées sur une vingtaine de jours) qui visent à les diviser, à les infantiliser, à les démobiliser et à les formater. Pour l’empêcher, ces personnelLEs doivent opposer un refus catégorique à ce bourrage de crâne imposé. Il leur faut donc se mettre en grève les jours de formation obligatoire !
Réforme du collège : c’est toujours NON !
L’intersyndicale s’est réunie le 3 novembre pour renouveler son refus de la réforme du collège et des formations. Elle appelle à une semaine d’action du 23 au 27 novembre.

Tous les tracts : http://www.sudeducation.org/Contre-...

Harcèlement à l’école : un clip caricatural et indigent, à l’image de la politique éducative ministérielle

vendredi 6 novembre 2015

Nous sommes scandalisé-es par cette représentation caricaturale d’un autre âge de l’école qui reprend tous les clichés les plus éculés et ceci à des fins soit disant pédagogiques.
A l’occasion du lancement ce jour de sa campagne contre le harcèlement à l’école, le ministère de l’éducation nationale propose une série d’outils à destination des enfants et des enseignant-es.
Un clip financé et sponsorisé par Disney
Parmi ces outils dit « pédagogiques », un clip qui se veut un support pédagogique mais qui est aussi destiné à être diffusé dans les médias.
Ce film financé et sponsorisé par Disney, représente un enfant en situation de harcèlement dans une classe, sous le nez d’une enseignante représentée sous les traits d’une sorte de cerbère autoritaire et malveillante, qui à défaut de leur adresser la parole, éructe sur les élèves en écrivant de façon incompréhensible sur le tableau. Le tout en ne voyant absolument rien de la situation de détresse dans laquelle se trouve l’élève. Pire, elle le rappelle à l’ordre parce qu’il semble ne pas écouter. A la fin du film, c’est une fille de la classe qui propose de l’aide au garçon harcelé et qui lui dit qu’ils vont trouver des solutions.
Une représentation caricaturale de l’école et des enseiegnant-es !
Nous sommes scandalisé-es par cette représentation caricaturale d’un autre âge de l’école qui reprend tous les clichés les plus éculés et ceci à des fins soit disant pédagogiques.
Nous demandons à ce que ce film ne soit pas diffusé et soit retiré des sites institutionnels.
Une fois de plus, nous constatons que pour masquer les enjeux réels de la politique qu’il mène, le ministère toujours prompt à alimenter la défiance envers les enseignant-es, n’hésite pas, avec une certaine complaisance, à caricaturer leur travail en ignorant la réalité de l’école et la diversité de leurs pratiques pédagogiques.
Pire dans ce clip, il fait des enseignant-es les responsables de situations dans lesquelles les élèves se trouvent en danger. C’est parfaitement inacceptable !
►Alors que les effectifs augmentent dans les classes, qu’il y a des moins en moins d’adultes pour encadrer les élèves.
►Alors que l’enseignement spécialisé a été décimé et que les RASED sont en voie de disparition.
►Alors que les missions des psychologues scolaires ont été multipliées dans le cadre des pôles ressources et ne sont pratiquement plus en mesure d’assurer leur mission de prévention.
► Alors qu’il manque des infirmières, des médecins, des assistant-es sociaux, etc.
Des gages aux réactionnaires et aux conservateurs !
Le ministère préfère donner des gages aux réactionnaires et partisan-es d’une école conservatrice tout en finançant sa propagande grâce à une entreprise privée dont on peut sincèrement douter de la légitimité en matière éducative, plutôt que de donner de réels moyens à l’école.
Les clichés éculés que véhicule ce film sont incompatibles avec les valeurs et les pratiques d’une école égalitaire, émancipatrice et autogestionnaire que nous revendiquons.
Opposé aux orientations proposées par la refondation de l’école qui servent toujours les mêmes intérêts, SUD éducation revendique une école égalitaire et émancipatrice qui s’inscrit dans un projet de société solidaire, démocratique, débarrassée des inégalités.
C’est pourquoi SUD éducation agit pour que se construise un rapport de force afin d’imposer une autre école, dans une autre société.

L’article : http://www.sudeducation.org/Harcele...

Pétition pour un allègement du programme d’histoire-géographie en Terminale S
lundi 9 novembre 2015

La session 2015 du baccalauréat a vu le rétablissement d’une épreuve obligatoire d’histoire-géographie en terminale S. Les enseignants alors en chargés des classes de terminale S ont constaté, et avec un effarement croissant à mesure que le bac approchait, qu’il était impossible de « boucler » le programme dans le respect des finalités et des démarches de la discipline. L’architecture du programme, combinée aux exigences d’exhaustivité des épreuves du bac, met les enseignants en difficulté et augmente les risques d’échec pour les élèves, désemparés devant le peu de temps laissé aux questions, notamment sur des sujets touchant l’actualité.
Les jeunes de terminales, sont en passe de devenir majeurs. Au lieu de profiter de leur maturité, le rythme imposé par l’accumulation des questions oriente l’enseignement de l’histoire géographie vers une restitution mécanique de connaissances sans permettre le développement d’une véritable réflexion et analyse critiques, dévoyant ainsi les finalités de la discipline en terme de formation intellectuelle et civique.
Des allègements des programmes de Terminale ES et L, et de Troisième, ont été possibles, à la suite de la mobilisation des organisations syndicales et des enseignants. Ils doivent l’être aussi pour ceux de Terminale S. Il est urgent d’entendre la profession et de redonner aux élèves et aux enseignants des conditions de travail plus sereines.
Nous demandons que le programme d’histoire-géographie de Terminale S soit allégé, comme nous l’avions demandé lors de son élaboration en 2012, en attendant une nécessaire refonte globale des programmes du cycle terminal et une réflexion renouvelée sur l’épreuve au baccalauréat.
SUD Education, SNES FSU, SNALC, CGT Educ’action, SIES, SNLC
Appel soutenu par : collectif Aggiornamento histoire géo, Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie
Signer la pétition en ligne : http://allegerhg-ts.net/index.php
Télécharger la pétition  : http://www.sudeducation.org/Petitio...

Soutien à la grève dans l’éducation, le 13 novembre 2015 en Italie
vendredi 13 novembre 2015
Nous, syndicats européens alternatifs et de base, soutenons la grève en Italie des travailleurs et travailleuses de l‘éducation qui luttent :
 En défense de l’école publique
 Contre la contre réforme de la loi 107
 Pour une augmentation salariale réelle
 Contre les politiques de privatisation et d’externalisation
 Contre la précarisation des personnels
 Contre les coupes budgétaires
 Pour le droit de grève et les libertés syndicales
Le tract en ligne : http://www.sudeducation.org/Soutien...

Dimanche 22 novembre 2015 à 15h : manifestation de solidarité avec les migrants
Migrants : bienvenue / Welcome / Merhaba

Manifestation au départ de la place de la Bastille (arrivée Place de la république)
Un drame se déroule aux portes de l’Europe. Fuyant les guerres et les crises des millions de personnes quittent leur pays. Des milliers d’entre elles viennent trouver refuge vers l’Europe. La seule réponse qui leur est faite est la fermeture des frontières.
Des drames se déroulent aussi au cœur de l’Europe. Aujourd’hui à Calais près de 7 000 personnes vivent dans des conditions effroyables, tandis qu’à Paris nombre de migrantEs se retrouvent à la rue. Nous ne pouvons accepter que des gens soient condamnés à vivre dans de telles conditions.
Nous dénonçons les politiques française et européenne qui créent ces situations à Calais comme aux portes de l’Europe.
Nous demandons immédiatement des conditions d’accueil dignes pour tous et toutes. Qu’ils/elles soient nomméEs réfugiéEs, migrantEs ou sans-papiers, nous exigeons des droits égaux pour touTEs, des titres de séjour, l’accès aux soins et au logement.
Aujourd’hui l’Europe a fait la preuve de son incurie. Il faut supprimer le règlement de Dublin et démanteler Frontex qui sont les premières causes des drames que vivent aujourd’hui les migrants.

Nous appelons à manifester le dimanche 22 novembre 2015 à 15h
Au départ de la place de la Bastille (arrivée Place de la république)
Premiers signataires :
ATMF, Attac, CGA, CGT Educ’action 93, CNT- RP (Union des syndicats CNT de la région parisienne), Collectif Sans-Voix Paris 18, Collectif 20 e solidaire avec les migrants, Droits devant !!, Ensemble !, EuroPalestine, Fasti, Fédération anarchiste, Femmes égalité, Gisti, IJAN, LDH (fédération de Paris), Mouvement Utopia, MRAP (fédération de Paris), NPA, PCF, PCOF, PG, RESF, SNPES-PJJ-FSU IDF, STRASS, SUD éducation, UD CGT Paris, UJFP, Union syndicale Solidaires..

La COP21 sera l’occasion d’un grande mobilisation internationale, syndicale, écologiste et citoyenne. Solidaires y prend toute sa place avec de nombreuses organisations partenaires, pour la justice climatique, la transformation écologique et sociale.
Le tract Solidaires en ligne http://www.solidaires.org/Mobilison...
Le site de la coalition climat21 : http://coalitionclimat21.org/

En régions des Coalitions Climat locales se sont formées, élargies afin de mettre en avant les luttes locales et d’organiser des mobilisations :
Collectif Climat Toulouse : ccc21-toulouse riseup.net
Voici pour le moment la liste des marches organisées en région :
Montpellier Le 29 novembre 2015 – Grande mobilisation pour le climat à Montpellier
https://alternatiba.eu/montpellier/...
Rodez et Toulouse : le 28 novembre
Toutes les marches et un kit d’organisation en ligne : http://coalitionclimat21.org/fr/con...

Réforme territoriale : Semaine de mobilisation dans la Fonction publique

Se mobiliser pour une Fonction publique qui réponde aux besoins !
Contrairement aux engagements pris par le Gouvernement, force est de constater que la réforme territoriale se met en œuvre de manière autoritaire, dans la plus grande opacité, sans tenir compte des propositions et des revendications des personnels et des organisations syndicales.
Ainsi, les lettres de mission du Premier ministre aux préfets préfigurateurs n’ont toujours pas été rendues publiques, les macros organigrammes ne sont pas soumis pour avis aux comités techniques, les représentants des personnels sont écartés de l’élaboration des micros organigrammes et des études d’impacts, des entretiens « mobilité » sont d’ores et déjà proposés aux agents alors que les modalités d’organisation des services ne sont pas connues.
De plus, la réforme territoriale se caractérise par :
Des attaques contre les politiques publiques et leurs conditions d’exercice y compris avec des abandons, des privatisations et des transferts de missions,
Une nouvelle séquence de fusions, spécialisations, regroupements et fermetures de services publics de l’Etat au détriment de la mise en œuvre d’un service public de pleine compétence et de proximité sur l’ensemble du territoire,
Des suppressions d’emplois supplémentaires et une baisse drastique des moyens budgétaires alloués au fonctionnement des services,
L’accentuation de la dégradation des conditions de vie au et hors travail des personnels avec des mobilités forcées conséquentes, une perte de sens du travail.
Dans un tel contexte, nos organisations syndicales réitèrent leurs critiques de cette réforme territoriale, y compris de ses modalités de mise en œuvre.
Elles appellent les personnels à se rassembler et à agir, ensemble et dans l’unité la plus large, pour imposer d’autres choix notamment en faisant de la semaine du 16 au 20 novembre, un temps de mobilisation des personnels et des usagers.
Elles apportent leur soutien plein et entier aux processus d’action d’ores et déjà engagés dans de nombreux secteurs professionnels et territoires et appellent à faire du jeudi 19 novembre un temps fort de convergence dans l’ensemble des services pour :
Des services publics de proximité permettant d’assurer, partout, toutes les missions et garantissant aux personnels de conserver, au travers de la pérennité des unités territoriales, leurs missions, leur affectation et leurs statuts particuliers ;
L’arrêt des politiques d’austérité et l’octroi des moyens budgétaires nécessaires au financement de toute l’action publique, au développement de l’emploi public, à la nécessaire revalorisation des rémunérations et à l’amélioration des conditions de travail ;
Refuser les mobilités géographiques contraintes comme les mobilités fonctionnelles non choisies mettant les agents en difficulté dans leur travail ;
La défense et l’amélioration du Statut général des fonctionnaires constitutif de garanties pour l’exercice des missions publiques, tant pour les usagers que pour les personnels.

Documents à télécharger sur la semaine de mobilisation dans la Fonction Publique : http://www.solidaires.org/Reforme-t...

A bientôt