vendredi 17 mai 2019

Parcoursup 2019 : SUD éducation dénonce une aggravation de la situation

Pour l’année 2 de Parcoursup, la situation s’aggrave, puisqu’elle s’inscrit dans la durée. Cette année, les très nombreux dysfonctionnements constatés ne peuvent plus être imputés au « rodage » du système. Ils lui sont en fait inhérents. L’injustice de Parcoursup est un fait à ce point admis qu’elle a intégré le scénario de la série « Plus belle la vie ». Plus belle... ou plus triste.

Le nombre de candidat.e.s, de 800 000 en 2018, est passé à 900 000, sans plan d’envergure de création de places dans l’enseignement supérieur. Cette hausse des candidatures n’est pas simplement l’effet de la démographie ou de l’attractivité des études supérieures. Il faut compter aussi avec tou-te-s les déçu-e-s de Parcoursup, édition 2018, qui candidatent cette année pour une réorientation, sans assurance de succès. En laissant sur le carreau de trop nombreux et nombreuses jeunes, Parcoursup crée une file d’attente d’étudiant-e-s cherchant désespérément à accéder à la première année de leur choix, qui risque de grossir au fil des années.

L’injonction faite aux formations du supérieur de classer tou.te.s les candidat.e.s sans ex æquo confine à l’arbitraire et à l’absurde.

  • Cette année encore, il y a des classes où une majorité des élèves n’ont reçu aucune réponse positive à l’ouverture de la plateforme (obtenant seulement des « en attente » ou des « non »). Rappelons qu’en 2017, avec le très décrié APB (Admission post-bac), 80 % des candidat.e.s avaient eu une réponse positive à l’ouverture des résultats ; 50 % avaient obtenu leur premier choix dès le premier jour.
  • Cette année encore, les remontées semblent suggérer que les élèves des zones géographiques et des filières reléguées (notamment en lycée professionnel) sont les grand.e.s perdant.e.s d’un système discriminatoire.
  • Cette année encore, la plateforme communique aux élèves, à un mois du baccalauréat, des rangs de classement sur les listes d’attente à 4 chiffres (1000e, 2000e...) qui n’ont aucun sens pédagogique, si ce n’est de briser et d’exclure les élèves les plus fragiles. Nous rappelons aux candidat.e.s que ces classements ne disent rien de leur niveau réel, qu’ils sont basés sur des critères opaques et peu maîtrisés compte tenu du nombre de dossiers que les formations du supérieur ont à traiter.
  • Cette année encore, la plateforme n’est pas opérationnelle, et empêche des candidat.e.s d’accéder à leurs réponses le jour des résultats, entre 19 h et 23 h.
  • Cette année encore, on observe des cas de très bons et bonnes élèves qui n’ont aucune réponse positive à l’ouverture de la plateforme : le gouvernement ne laisse même pas leur chance aux “premier-e-s de cordée” !
  • Cette année encore, le gouvernement compte sur le découragement et l’abandon d’un grand nombre de candidat.e.s, avec un bouton « Je démissionne de Parcoursup » bien en vue, plutôt que d’investir massivement dans l’éducation.

SUD éducation refuse toute forme de sélection, qu’elle se fasse par Parcoursup ou par l’argent, avec l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étranger-e-s extra-communautaires.

SUD éducation revendique un financement public à hauteur des besoins pour l’éducation, le recrutement de personnel titulaire et la création de places pour permettre l’accès de chaque candidat.e à la filière de son choix.

SUD éducation appelle les personnels, de la maternelle à l’université, à combattre l’école du tri social dans la rue le 18 mai, par la grève le 21 mai, et à mettre en débat la grève des examens.


Actualités syndicales aveyronnaises

vendredi 17 mai 2019

Parcoursup : le cas dramatique des écoles d’infirmier-e-s (IFSI)

En 2018, le gouvernement a discrètement profité de la réforme Parcoursup pour supprimer les concours d’entrée en IFSI, c’est-à-dire dans les écoles d’infirmier-e-s, pour les remplacer par une procédure sélective d’admission par le biais de la plateforme... en 2019 seulement. Cela sans proposer (...)

mardi 14 mai 2019

vendredi 24 mai Mobilisation internationale pour le climat

Le collectif « 12-ensemble-pour-le-climat » appelle à une soirée de mobilisation pour la justice climatique, sociale et fiscale à l’occasion de la grève internationale pour le climat
Vendredi 24 mai à 18h au jardin public à Rodez
Diverses actions sont prévues :
Prise de parole.
un « die in », (...)

vendredi 3 mai 2019

Le ministre de l’Intérieur est un menteur

La manifestation parisienne du 1er mai a été une nouvelle fois l’occasion pour les « forces de l’ordre » de réprimer violemment ceux et celles venu-es réclamer une autre politique sociale, fiscale et écologique. Nous assurons l’ensemble des blessé-es de notre solidarité. La mise en scène pendant (...)

jeudi 2 mai 2019

9 mai et au-delà en grève pour gagner !

Le monde éducatif connaît actuellement une mobilisation d’une ampleur particulièrement importante. Depuis le 19 mars, les personnels, en particulier du premier degré, sont très fortement mobilisés contre le projet de loi Blanquer. Des Assemblées générales réunissant jusqu’à plusieurs centaines de (...)

jeudi 18 avril 2019

Mise en péril de l’enseignement de l’occitan

La réforme Blanquer du baccalauréat général et technologique organise concrètement la mise en concurrence des établissements, des territoires et des individus. L’objectif majeur de cette réforme est de réduire drastiquement le nombre de postes, afin de remplir les classes au maximum. Plus de 2500 (...)

Agenda syndical aveyronnais

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois