Retraites, c’est maintenant ou jamais !

mercredi 13 octobre 2010

La réforme des retraites : c’est maintenant ou jamais !!

 

« Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre et nous sommes en train de la gagner. ».

 

Non ce n’est pas le président bling bling de la République qui a dit ça, c’est Warren Buffett , troisième homme le plus riche du monde, mais les actes du gouvernement incarnent cette déclaration. D’un côté le bouclier fiscal, les abattements et exonérations en tout genre, la dépénalisation du droit des affaires, les cadeaux aux banques, les paradis fiscaux, les fonds spéculatifs, le maintien des bonus des traders, les stock-options, et de l’autre, les français pas bling bling, eux ont le droit de travailler plus pour obtenir une retraite réduite à 65 ans s’ils ne sont pas morts avant au travail.

 

En pleine après-guerre, le 15 mars 1945, le Conseil National de la Résistance mettait en place un programme politique fondé sur le principe de solidarité. Mais aujourd’hui où l’homme s’est converti en ressource humaine et où le profit est la valeur suprême, peut-être est-il bon de rappeler quelques-uns de ces principes afin d’en mesurer le gigantesque éloignement :

 

« -instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie

-retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques

-plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État

-retraite par répartition »

 

La retraite fomentée par la classe des riches, c’est tout le contraire. Et nous étions encore des millions dans la rue à résister contre cette réforme. Nous lisons ici ou là que le gouvernement est sourd. Ne nous méprenons pas, le gouvernement n’est pas sourd et il entend très bien même. La stratégie de communication s’appuie sur nos propres revendications pour mieux les annuler et les saboter. Et de nous seriner via différents conseillers de l’Elysée ou via son Porte Parole ou quelquefois encore via le discrédité ministre du Travail, de répéter donc que cette réforme de « nature » inéluctable, sauve le régime par répartition, qu’elle est précisément conçue pour le futur des jeunes, des femmes et des salariés et d’en conclure par une syllogisme qui ne trompera personne que nous devons travailler plus pour garantir nos retraites ! Un refrain connu, hein ?, « travailler plus pour gagner plus » …. Et d’ajouter que le gouvernement devra faire preuve de pédagogie pour faire entrer dans la tête dure des français, dont il détruit l’école et ses services publics à grand feu, cette équation savante et incompréhensible !

 

Ne nous trompons pas ! Nicolas Sarkozy, ce président des riches1, défend les intérêts des riches !! C’est simple ! Et à ses yeux et celui de son gouvernement, les retraites, et comme la sécurité sociale ou l’école ou la santé ou la Poste, ce ne sont pas des services de solidarité pour le bien être de tous les français, la grande rigolade ! Non ce sont de fabuleux marchés source de profits encore plus grands pour leur classe de riches !

 

La réforme actuelle des retraites, tout comme celles qui ont été élaborées depuis 1983, ne sert que les intérêts de cette classe dont fait partie intégrante le patronat. En effet, depuis vingt ans, c’est 9,3% du PIB qui est passé du travail, donc des salaires, vers le capital, ce qui représente 120 à 170 milliards d’euros. Et les classes de riches osent nous parler d’un problème de financement des retraites, alors qu’au même moment les cotisations patronales sont gelées, que les entreprises sont exonérées de ces charges et que le MEDEF aspire à la généralisation d’un système par capitalisation !

C’est là le véritable enjeu de cette réforme, marchandiser et capitaliser le système de répartition solidaire, mis à mal par le désengagement patronal ainsi que par la flexibilisation du travail, la multiplication des contrats précaires, et la stagnation des salaires.

 

Les directions syndicales ont appelé une nouvelle fois à une journée isolée de grève et de manifestation. Cependant, les secteurs appelant à la grève reconductible sont de plus en plus nombreux. A l’image des dockers de Marseille qui sont en grève depuis près de deux semaines, des préavis de grève de reconduction ont été déposés dans les raffineries, à la SNCF, dans les transports urbains (RATP, RTM, bus de plusieurs villes,…), dans des services de plusieurs ministères (Culture, Finances, etc.), dans de nombreuses Collectivités Territoriales, à l’Education Nationale, les terminaux méthaniers des ports, dans des centrales nucléaires, dans la distribution électrique et gazière de plusieurs villes, dans plusieurs services de La Poste, autres secteurs, de manière inégale selon les départements.

 

A Millau, mardi c’est le dépôt de la Poste qui a été bloqué.

Depuis lundi soir, les communaux veillent et bloquent le ramassage des ordures et depuis aujourd’hui tous les services techniques de la ville. Ils ont voté la grève jusqu’à samedi.

Depuis mardi les lycéens bloquent le lycée Jean Vigo et dorment sur place.

 

A ces actions qui montrent un haut degré de détermination et de réflexion, ne les laissons pas faire grève pour nous par procuration !

Nous, personnel de l’Education, attaqué par ce même gouvernement par des réformes de déstructuration de l’école et de réduction des postes brutales,

 

RESISTONS !

 

Sud Education et Solidaires, continuons à affirmer que des journées d’action isolées ne sont pas à même de faire basculer le rapport de force.

 

Que valent quelques jours de grève face à des pensions de retraite injustes et réduites à peau de chagrin ! Entrons à notre tour en grève reconductible !

 

 

C’est maintenant ou jamais !!

 

Retrait de la loi sur les retraites !

Solidarité étudiant-e-s travailleurs/euses !

1PINÇON-CHARLOT Monique, PINÇON Michel. Le président des riches : Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy


Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois