LA LETTRE DE SUD EDUCATION 12

vendredi 19 septembre 2014

La lettre de Sud Education 12

CONSEIL FÉDÉRAL du 25 et 26 septembre
Tous les documents nécessaires sont et/ou seront dés que possible en ligne sur la partie privée du site à cette adresse : http://www.sudeducation.org/Conseil...

ELECTIONS
Enjeux des élections
Disons-le tout net, ces élections sont à hauts risques pour notre organisation syndicale. La représentativité ne sera acquise que si nous obtenons au moins 1 siège en Comité technique ministériel (CTM) et à cette seule et unique condition.
En 2011 nous avons obtenu un siège de justesse (à 3 800 voix près), grâce à la règle de répartition pour les derniers sièges vacants. Au regard de nos résultats antérieurs, nous ne sommes donc pas assuré-es de l’obtenir à nouveau.
Nous avons besoin d’obtenir ce siège au CTM et même mieux et cela va nécessiter notre mobilisation. Si nous n’avions pas LE siège au CTM, et que notre organisation ne soit plus représentative, ce ne serait pas bon pour son développement futur, et ce ne serait pas bon signe pour les luttes dans l’éducation nationale. Mais à cette perte de la représentativité s’ajouterait la perte de moyens qui nous permettent aujourd’hui de fonctionner : la moitié des décharges, ASA (autorisations syndicales d’absences) et peut-être HMI (heures mensuelles d’information syndicale – 2nd degré), RIS (réunions d’information syndicale – 1er degré)…
Très concrètement, le risque est grand de voir des équipes syndicales se retrouver en difficulté. Ces équipes syndicales qui se battent au quotidien, celles qui informent les personnels au plus près du terrain. La campagne électorale que nous allons devoir mener d’ici décembre doit véritablement affirmer haut et fort auprès de nos collègues que, oui, le projet de SUD éducation, celui d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale, a un espace et une pertinence dans notre secteur professionnel.

Quels scrutins ?
En décembre 2014, nous voterons pour :
 Les comités techniques (CT) qui s’occupent des modifications concernant les conditions de travail collectives des personnels, tous corps confondus. Il y aura un scrutin national pour avoir des élu-e-s au CTM et un scrutin local pour avoir des élu-e-s au CTA (comité technique académique) avec une déclinaison pour le CTSD (au niveau départemental, écoles & collèges) qui statue notamment sur les ouvertures/fermetures de classe.
 Les commissions administratives paritaires (CAP) qui s’occupent de la gestion des carrières individuelles des personnels (échelons, mutations, notation, listes d’aptitude, etc.). Les CAP sont au niveau national, donc CAPN, au niveau académique, ce sont les CAPA et au niveau départemental les CAPD. Chaque corps (PE, certifié-e, CPE, ATEE, etc.) a sa CAP.
 Les commissions consultatives paritaires (CCP) pour les non titulaires. La plupart des collègues doit donc voter pour 4 scrutins : deux au niveau national CTM et CAPN et deux au niveau local, CTA et CAPA/CAPD


Quand vote -on et comment ?

Ce vote se fera de manière électronique entre le jeudi 27 novelbre et le jeudi 4 décembre. Le 4 décembre, jour des élections dans toute la fonction publique, il devra y avoir des ordinateurs dédiés dans les établissements et les écoles avec au moins 8 électeurs/électrices.
Pour voter, il faudra pouvoir accéder aux boites mails académiques.

ENSEIGNANT-E-S CONTRACTUEL-LE-S TITULAIRES
L’INDICE BUTOIR ENFIN BUTÉ …

Que dire de feu la règle du butoir sinon qu’elle était un exemple parmi tant d’autres de l’absurdité et de l’injustice dans les modalités d’évolution de carrière des enseignant-es contractuel-les ? Rappelons simplement que cette règle, présente dans le décret de 1951 sur le reclassement des fonctionnaires, pouvait empêcher un-e ancien-ne contractuel-le de faire valoir la totalité des années d’ancienneté au moment de sa titularisation, en lui interdisant d’être reclassé-e à un indice supérieur à celui qu’il-elle avait en tant que contractuel-le. Le Ministère a tardé à satisfaire à cette vieille revendication syndicale, mais il a fini par soumettre aux organisations syndicales réunies en Comité technique ministériel le 9 juillet un projet de décret supprimant la règle du butoir, qui a été signé le 4 septembre 2014. On peut acter positivement cette mesure de bon sens en faveur de laquelle SUD éducation a voté.
Lire la suite : http://www.sudeducation.org/Enseign...

STAGES A INSCRIPTIONS URGENTES
Formation Solidaires et internationalistes ! les 16 et 17 octobre 2014 à Paris : inscriptions avant le 15 septembre auprès de : fede sudeducation.org

SOLIDARITÉS

COMPTE RENDU DE PROCÈS DE 3 ETUDIANTS SYNDICALISTES DE LYON
Malgré la répression, le combat continue !

Nous étions plus d’une cinquantaine réuni-e-s ce lundi 8 septembre au tribunal correctionnel de Lyon pour assister à la lecture publique du verdict du procès de trois étudiant-e-s syndicalistes de Lyon 2. Nos camarades étaient inculpé-e-s suite à la mobilisation des étudiant-e-s et des personnels en novembre 2013 sur l’université, au cours de laquelle un conseil de la présidence avait été perturbé. Le délibéré est tombé : 3 mois de prison avec sursis pour Myriam, 6 mois de prison avec sursis pour Vincent et 4 350 euros d’amendes, dommages et intérêts et remboursement des frais d’avocat pour 2 agents du service de sécurité incendie de l’université plaignants et les agents de la BAC ; soit la peine maximale requise. La troisième camarade a été relaxée. Nous allons discuter avec notre avocat de la possibilité de faire appel.
Lire la suite :
http://www.solidaires-etudiant-e-s.org/
https://fr-fr.facebook.com/sud.etudiant
https://twitter.com/solidairesetu

Communiqué de Solidaires
ZONE HUMIDE DU TESTET : la violence policière doit cesser et les engins de déforestation doivent partir.

Après la trêve du week-end, ce lundi, la répression policière a repris sur le site de la zone humide du Testet. Pourtant, le même jour, la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a commandité « une mission d’expertise permettant de s’assurer de la qualité et de l’ambition du projet de territoire et des mesures compensatoires visant à préserver la biodiversité du site, en accord avec le président du Conseil général du Tarn ». La ministre a indiqué qu’elle sera « attentive à ce que le projet permette d’assurer une gestion durable de la ressource en eau et ne participe pas au développement d’une agriculture intensive ».
Or c’est précisément les objectifs de ce projet : l’irrigation pour relancer la culture de maïs, sur-consommatrice d’eau et la nécessité de diminuer le taux de pollution de l’eau en été du fait de l’utilisation intensive des pesticides et intrants chimiques.
C’est ignorer les effets sur la santé des populations environnantes. C’est oublier que les forces de l’ordre ont été une nouvelle fois particulièrement violentes entrainant de nouveaux blessés et arrestations dont l’un des grévistes de la faim. Il est donc impératif que dès aujourd’hui les opérations policières cessent ainsi que les travaux de déforestation. La préfecture doit mettre en œuvre les directives de la ministre de l’écologie et suspendre les opérations en cours.
L’union syndicale Solidaires apportent son soutien aux grévistes de la faim et à l’ensemble des opposant-e-s qui subissent les violences policières. L’union syndicale Solidaires demande la suspension du projet de barrage du Sivens et avec lui le retrait des engins de déforestation.
Envoyez vos signatures à : SUD tarn (81) <sudedutarn orange.fr> ou Liêm-Khê LUGUERN <elka free.fr>


Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois