LETTRE DE SUD EDUCATION 12 En mai,...

samedi 30 avril 2016

LETTRE DE SUD EDUCATION 12


En mai, mettons KO la loi Travail et son monde.

Communiqué de la fédération SUD éducation du 29 avril 2016
vendredi 29 avril 2016
1er mai : faire sa fête à la loi Travail
3 mai : résolument face au parlement
Et après ... on continue !

Le gouvernement, sous la pression d’une mobilisation qui s’enracine, tente d’éteindre le feu. En recevant des organisations de jeunes, il fait de nouvelles propositions qui ne remettent pas en cause l’essentiel de la loi Travail. ​En semblant céder sur des revendications des intermittents, il tente de diviser le mouvement.
La réussite de la journée du 28 avril montre que la lutte ne faiblit pas, elle s’enracine et se diversifie.
Les violences policières inacceptables n’arrêteront pas le mouvement. La présence de plus en plus massive des forces de l’ordre et leur gestion des manifestations contribuent très largement à générer un climat de tension et de violence. 
Le 28 avril, il y a encore eu des manifestants blessés dont certain-e-s gravement, plus d’une centaine de personnes embarquées suite à une action de blocage économique en banlieue parisienne, des tirs contre des cortèges syndicaux, des gardes à vue, des comparutions immédiates, etc. Nous condamnons également l’évacuation violente des Nuits Debout place de la République à Paris. C’est intolérable !
La Fédération SUD éducation exige l’arrêt de toutes les répressions, des interpellations sauvages, ainsi que des poursuites judiciaires en cours.
Depuis le 31 mars, les Nuit Debout permettent de stimuler la lutte contre cette loi en agissant et réfléchissant à une autre société.

Les conséquences sur l’ensemble des salarié-e-s des secteurs privé et public de cette loi seraient lourdes : facilitation des licenciements, remise en cause des 35 h via les accords d’entreprises et remise en cause de la hiérarchie des normes pour soumettre davantage les salarié-e-s à leurs patron-ne-s.
Dans l’Éducation nationale
L’autonomie des établissements et la territorialisation de l’école participe de la même logique. Le manque de remplaçant-e-s est plus que jamais d’actualité, l’éducation spécialisée est attaquée, le ministère s’entête dans sa réforme du collège, les pressions hiérarchiques et les injonctions dans l’urgence sont monnaie courante… et n’en doutons pas, si cette loi passait, la prochaine étape serait la remise en cause du statut de la fonction publique.
1er mai, journée internationale de lutte des travailleuses et travailleurs
Les luttes de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs de tous les secteurs ont les mêmes objectifs. C’est pourquoi une journée leur a été dédiée depuis le 1er mai 1886. Ce jour les travailleuses et travailleurs de Chicago et de tous les Etats-Unis se levaient pour réclamer plus de justice sociale, un temps de travail réduit, des conditions de travail décentes, bref une vie digne d’être vécue. La police leur répondait par les armes, tuant plusieurs dizaines de manifestant-e-s.
Le 1er mai 2016, partout dans le monde, les travailleuses et travailleurs, y compris les chômeuses et les chômeurs, seront dans la rue pour exiger la justice sociale dans un monde globalisé où les intérêts capitalistes s’affirment avec toujours plus d’agressivité contre les revendications.
En France, la réussite des manifestations du 1er mai sera un moyen supplémentaire pour avancer vers l’objectif du retrait de la loi travail. Soyons nombreuses et nombreux dans la rue !
Le 3 mai, grèves et manifestations à l’occasion du début du débat parlementaire
Le débat parlementaire s’ouvre mardi 3 mai. Il se poursuivra pendant plusieurs semaines. Cette journée sera un nouveau temps fort de mobilisation, d’initiatives et de grève. La Fédération SUD éducation appelle à débrayer et à y participer massivement.
C’est toutes et tous ensemble qu’il faut lutter !
A SUD éducation nous pensons que seul le blocage de l’économie nous permettra d’obtenir le retrait de la loi Travail et de reprendre la voie des conquêtes sociales.
C’est pourquoi la fédération SUD éducation appelle à la convergence des luttes pour construire la grève générale interprofessionnelle.

Le communiqué :http://www.sudeducation.org/En-mai-mettons-KO-la-loi-Travail.html

TOUS LES BULLETINS SOLIDAIRES POUR LE RETRAIT DU PROJET DE LOI TRAVAIL sur le site de la fédé :
http://www.sudeducation.org/La-greve-interprofessionnelle-et.html

Loi travail : dans l’Éducation nationale et dans la fonction publique, les mêmes logiques sont à l’œuvre
Avec le projet de loi Travail, la hiérarchie des normes est inversée : un accord d’entreprise pourra s’appliquer même s’il est moins favorable que le code du travail. C’est un renversement complet de perspective désastreux pour les salarié-e-s du privé qui subiraient une précarisation sans précédent dans notre pays.
Mais le projet de loi concerne aussi directement les salarié-e-s de notre secteur ! Nous sommes tous et toutes concerné-e-s par le biais de la santé au travail, et les contrats de droit privé dans l’Éducation nationale relèvent totalement de cette loi.
Par ailleurs, ce projet fait écho à de nombreuses réformes ou projets en cours dans l’Éducation nationale.
Il ouvre sans aucun doute la voie à une remise en cause du statut de la fonction publique au nom de « l’égalité de traitement ».

A lire : le 4 pages de la fédération SUD éducation « Loi travail : dans l’Éducation nationale et dans la fonction publique, les mêmes logiques sont à l’œuvre »
Le 4 pages : http://www.sudeducation.org/Loi-travail-dans-l-Education.html

Nouveau corps unique de psychologue de l’éducation- De nouvelles missions et pas de moyens
Communiqué de la fédération SUD éducation du 29 avril 2016
vendredi 29 avril 2016

Le ministère a entériné son projet de création d’un corps unique de psychologue de l’éducation. Un projet revendiqué de longue date par un certain nombre de syndicats du premier et du second degré. 
Il comprendra deux « spécialités » :
 éducation, développement et apprentissage et orientation dans le premier degré,
 éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle dans le second degré.

Le texte final devrait être publié fin 2016 pour un recrutement en 2017.
Au-delà d’une modification d’appellation, la création de ce nouveau corps introduit des bouleversements de fond dans la conception des métiers de psychologues scolaires et de conseillers-ère-s d’orientation psychologues, en matière de prévention et de suivi des élèves dans le premier degré et d’orientation dans le second degré.
Avec un recrutement externe à l’Éducation nationale, les psychologues du 1er degré ne seront plus des enseignant-e-s. Ils et elles n’auront donc plus de connaissances autres que théoriques du fonctionnement de l’école et des mécanismes à l’œuvre pour les élèves dans les processus d’apprentissages et de leurs interactions dans les classes. Ceci risque de poser problème dans les mises en place de dispositifs d’aide et de remédiation, et placer les psychologues dans un rôle de spécialistes prescripteurs déconnecté-e-s de la réalité de la classe et de l’école.
Compte tenu de l’augmentation considérable des secteurs d’intervention et du nombre croissant de secteurs non pourvus en postes, la multiplication des missions préconisées dans le référentiel ne pourront être réalisées et la phrase sibylline du ministère : « un-e psychologue de l’éducation ne sera pas tenu-e d’exercer toutes ces missions. », ne sert qu’à dissimuler le fait qu’au regard de la réalité de leurs conditions de travail, les « nouveaux » psychologues seront prioritairement assigné-é-s, sur injonction de leur hiérarchie locale, à la réalisation de bilans psychologiques et comptes-rendus, au détriment des suivis et de toutes les missions de prévention de la difficulté et de l’échec scolaire.
Le communiqué :http://www.sudeducation.org/Nouveau-corps-unique-de.html

Personnels sociaux et de santé, assez de mépris !
Communiqué de la fédération SUD éducation du 29 avril 2016
vendredi 29 avril 2016

Le ministère de l’Education nationale annonçait vouloir créer 300 postes de personnels sociaux et de santé dans le pays.
Pour la rentrée prochaine, seulement 60 postes seront créés sur l’ensemble des académies. Autant dire que l’ensemble des problèmes rencontrés chaque jour dans les missions des personnels resteront en l’état.
Au regard des situations que doivent gérer les personnels (précarité des familles, décrochage scolaire, difficultés sociales des étudiants, scolarisation des jeunes étrangers isolés et maintenant intervention dans les écoles de plusieurs départements…), ces non créations de postes constituent une véritable dégradation des conditions de travail. A cela s’ajoute le problème récurrent des frais de déplacement.
►SUD éducation revendique le passage en catégorie A de la fonction publique pour tous personnels sociaux et de santé. Cela correspondrait justement à leurs missions et à leurs qualifications.
►SUD éducation revendique une revalorisation importante des indemnités de déplacement des personnels sociaux et de santé afin que ceux-ci ne se retrouvent pas à dépenser une partie de leur salaire pour assurer leurs fonctions.
►SUD éducation revendique un véritable plan pour le travail social en milieu scolaire et universitaire. Le recrutement immédiat de 300 personnels sociaux et de santé doit être une étape pour la rentrée prochaine.
►SUD éducation dénonce le recours à l’emploi précaire et revendique la titularisation des personnels sociaux et de santé recrutés sur des contrats précaires et actuellement en service.

Le communiqué :http://www.sudeducation.org/Personnels-sociaux-et-de-sante.html

Assemblées Générales, débats, Nuits Debout ! Grève et manifestations le 28 avril !  
Depuis le 9 mars les initiatives se multiplient pour intensifier et faire converger les luttes contre la loi Travail malgré les violences policières qui se multiplient et un dispositif policier provocateur.
En plus des manifestations ont lieu des Assemblées Générales de secteurs, des Assemblées Générales interprofessionnelles, des Assemblées Générales citoyennes, des rencontres / débats / projections autour de la loi Travail.
Depuis le 31 mars les Nuits Debout qui se multiplient doivent permettre de stimuler la lutte contre cette loi en même temps qu’augurer, agir et réfléchir à une autre société.
La Fédération SUD Education appelle à y participer.
Autant d’occasions d’organiser l’autogestion de la lutte et de débattre des conséquences pour l’ensemble des salarié-es des secteurs privé et public de cette loi : facilitation des licenciements collectifs ou individuels alors que nous voulons garantir le droit à l’emploi et au revenu ; remise en cause des 35h via les accords d’entreprise alors que nous voulons la baisse du temps de travail pour travailler moins, mieux et tou-te-s ; remise en cause de la hiérarchie des normes pour soumettre toujours davantage les salarié-e-s à leurs patron-ne-s.
Dans l’Education, l’autonomie des établissements et la territorialisation de l’école participe de la même logique. Le manque de remplaçant-es est plus que jamais d’actualité, l’éducation spécialisée est attaquée, le ministère s’entête dans sa réforme du collège refusée par les personnels, les pressions hiérarchiques et les injonctions dans l’urgence sont monnaie courante… et n’en doutons pas si cette loi passait, la prochaine étape serait la remise en cause du statut de la fonction publique.
Dans le public comme dans le privé les commissions d’hygiène et de sécurité et la médecine du travail sont mises à mal alors qu’il y aurait tant à faire pour qu’elles soient renforcées.
Le tract et communiqué : http://www.sudeducation.org/Assemblees-Generales-debats-Nuits.html

Tous les articles parus sur le site de la Fédé :http://www.sudeducation.org/

SOLIDAIRES

CAMPAGNE CONTRE LA LOI TRAVAIL
Tous les bulletins Solidaires, Facs en Lutte, articles, actu, mobilisations, petit guide Attac contre les bobards de la loi travail : http://www.solidaires.org/-Retrait-de-la-loi-Travail-

Une perspective : les 32 heures !
Expression directe 2016 (Vidéo)
Tandis que se poursuivent les mobilisations contre la Loi Travail, Solidaires défend la perspective des 32h.
Vidéo réalisée dans le cadre des émissions « Expression directe » diffusées sur les chaînes du service public :
sur France 2, le mardi 3 mai à 00h30
sur France 5, le jeudi 5 mai à 8h30
Série Expression directe 2016 n°3
Réalisation Sylvia Aubertin et Patrice Spadoni (Canal Marches) / Union syndicale Solidaires
En ligne : http://www.solidaires.org/Video-Une-perspective-les-32-heures


Documents joints

LETTRE DE SUD EDUCATION 12 DU 30 AVRIL

Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois