LETTRE SUD vendredi 19 octobre

vendredi 19 octobre 2012

Lettre SUD 12 du vendredi 19 octobre 2012 

1) Congrès Sud Education 2012 :

Suite du congrès jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 à Paris. Il reste une place pour un-e adhérent-e  (frais pris en charge) Nous contacter pour participation.
En pièce jointe un projet de compilation des textes adoptés à Montpellier

2) Rythmes scolaires.  Le compte n’est pas bon !

Les dernières annonces de Vincent Peillon en matière de réforme des rythmes scolaires sont inacceptables. En effet, le fait de travailler 4 jours et demi par semaine  (ajout du mercredi matin) et de compléter le service par 2 heures d’aide aux devoirs (en petit groupe ou en groupe classe ?) se concrétiserait par une augmentation du temps d’enseignement devant la classe (25 h au lieu de 24 h)

 Les professeurs des écoles seraient les sacrifiés de la « refondation » qui se prépare.

Travailler le mercredi sans qu’il y ait un allègement significatif des horaires des 4 autres jours, représente une charge de travail supplémentaire pour les enseignants et le personnel.

Cette augmentation de la charge de  travail constituerait une nouvelle dégradation des conditions d’exercice du métier  sans la moindre  revalorisation.

C’est pourtant cette revalorisation qu’il faudra exiger si les professeurs des écoles doivent travailler une demi-journée supplémentaire avec les conséquences sur leur vie familiale (garde d'enfants, frais de déplacements etc.)

De plus, à quel moment devrons-nous assurer les 108 heures de formation, de concertation, de conseil d’école, de maîtres, de cycles,  … ?

 Pour Sud Education, la question n’est pas d’augmenter le temps passé à l’école (en termes de jours et d’heures) mais de l’améliorer. La qualité des apprentissages est intimement liée aux conditions de leur  mise en œuvre.

 Lire la suite de l’article en pièce jointe


3) Dans les zones sensibles, les Assistants d’Education  ne perçoivent pas les compensations spécifiques dont bénéficient tous les autres personnels.

Cette absence des primes ZEP n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Il montre que cette catégorie de salariés de l’Etat est écartée d’un grand nombre de droits. Pourtant, ils sont les plus exposés aux difficultés actuelles de l’école, notamment celles dues aux suppressions massives de postes.

Depuis 2003, les surveillants, transformés en Assistants d’Education, ont été progressivement très précarisés professionnellement. Corvéables à merci, ils sont devenus de véritables « intérimaires » de l’Education Nationale. Cette situation est incompatible avec de grandes ambitions pour l’Ecole.

La création d’un véritable statut d’AED conforme au Code de la Fonction Publique est donc une urgence.
             Signez la pétiton en ligne : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N30335


4) Déclaration faite par la Fédération Sud Education au Conseil Supérieur de l'Education
 du jeudi 11 octobre au CSE

« Pour la fédération Sud Éducation et l’union syndicale Solidaires, l’annonce du budget, le rapport de la Refondation de l’école et le discours du président de la république de mardi dernier ne présagent aucun changement profond dans la future loi de programmation. Les principales réformes de la droite sont entérinées, le budget réel de fonctionnement du Ministère augmente moins que l’inflation, et le nombre de recréation de postes avoisinera au plus 9000, au lieu du double annoncé (…).

Lire la suite :

http://www.sudeducation.org/Conseil-superieur-de-l-education,4255.html?var_mode=calcul
 


5) Indemnité "coordonnateur pédagogique" en ITEP :

Un courrier  a été envoyé au DASEN  demandant  de rétablir aux "coordonnateurs pédagogiques d'unité d'enseignement" l'indemnité de direction puisque leur fonction est la même que celle des "directeurs pédagogiques". Suite à notre courrier, une collègue coordonnatrice aura à partir du mois de novembre son indemnité mensuelle payée... pour l'année 2012-2013... Généralisons ces demandes !!


6) Décision du Conseil Fédéral de Sud Education de septembre 2012 :

- A la demande de Sud Education 31, une commission nationale a été décidée pour défendre et soutenir Christian Marion. Elle se réunira la semaine prochaine à Paris.
- Une information circule comme quoi la prochaine élection professionnelle ne serait pas électronique, victoire ?

7) Stage fédéral Sud Education :« Approche par compétences, mystification pédagogique !».
 
Les 22 et 23 novembre 2012, stage de formation avec Nico Hirtt en Ariège, à Montferrier (lieu dit la Freychède).
    A travers l'analyse proposée par Nico Hirtt il s’agit de comprendre les enjeux et les finalités en matière d'éducation dans le cadre des orientations et des réformes en cours.
Le « profilage » des futurs salariés et les dispositifs mis en oeuvre à cet effet: BE, SCONETT, etc.... et surtout le LPC et la carte Euro-pass nous seront présentés par une avocate du SAF qui s'occupe de ces affaires pour le CNRBE.
Plus d'infos sur doc ci-joint. Inscription avant le 20 octobre !!

8) La bataille pour le respect des décrets de 1950 et des garanties qu'ils contiennent est engagée.

Notre statut de fonctionnaires d'Etat est en ligne de mire. Depuis plus de 40 ans toutes les contre-réformes des ministres successifs ont achoppé sur ces décrets statutaires qui incarnent nos missions et n'ont pu de fait être appliquées jusqu'au bout de leur logique.

 Dans le cadre des discussions sur la refondation de l'Ecole de la République, le ministre Peillon a fait part de son intention de lancer une réflexion sur les missions des enseignants : des projets ont été avancés pour aboutir à une refonte des obligations de service et des missions des enseignants d'ici fin 2012 :

 

Il s'agit de préparer les esprits à l’abandon des statuts de 1950, fixant le temps de service des professeurs en vue d'une redéfinition de leurs missions qui vraisemblablement serait assortie d'un allongement du temps de présence dans les établissements.

 En cette rentrée 2012 les décrets de 50 toujours en vigueur sont bafoués : des affectations sur plusieurs communes, des heures de décharge en labo non respectées, des heures de premières chaires plus prises en compte, des suppressions de groupes pour gagner des heures.

Le ministère entend ainsi donner son feu vert aux rectorats pour que soient mises en œuvre des règles locales de calculs des services des personnels qui risquent de déboucher sur des alourdissements de service et des baisses de rémunération, ceci dans le but de récupérer des heures et donc des postes.

 Le 2 pages en pièce jointe rappelle les différents éléments réglementaires intervenant dans le calcul de nos services et les points d'appui utiles, notamment les circulaires d'application des décrets de 50 pour faire valoir nos droits. Ces circulaires ont effet généré des acquis dont une remise en cause se traduirait par un alourdissement de nos services et/ou une baisse de nos rémunérations



Engagez-vous, rengagez-vous !!
À SUD EDUCATION 12


Documents joints

PDF - 31.2 ko
PDF - 346.2 ko
Word - 22.5 ko

Agenda syndical aveyronnais

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois