L’orientation en sixième faite par des ordinateurs !

vendredi 12 avril 2013

Cette semaine, les directeurs des écoles publiques de l’Aveyron sont conviés à s’informer  sur  Affelnet 6ième, vase communicant entre Base élèves et Siècle dénoncés depuis plusieurs années par le Collectif National de Résistance à Base Elèves (CNRBE) et le Collectif Aveyronnais contre Base Elèves.

 

Affelnet 6ième, c’est le nom d’une nouvelle application,  « passerelle » informatique, conçue pour trier et sélectionner automatiquement les élèves ; elle  existe aussi dans le second degré, en fin de 3ème notamment. Dans le premier degré, ce dispositif a pour but officiel de faciliter le classement et l’affectation des élèves de CM2 en 6ème.

En fait, il s’agit d’interconnecter Base Elèves avec le logiciel Siècle du second degré, et au passage des données sensibles sont à remplir par les directeurs d’écoles :

 

En effet, l’administration de l’Education Nationale assure régulièrement qu’il « n’y a plus rien dans Base Elèves », qu’on n’y entre plus que des données anodines, alors même que les données litigieuses retirées de la version initiale réapparaissent dans les fichiers parallèles créés dans son ombre.

Si même on ne considère que le fichier Affelnet, la liste des données ultra sensibles qui viennent « enrichir » le dossier de l’élève en cas de demande de dérogation est éloquente :

 

-savoir si l’élève souffre d’un handicap, n’est-ce pas une donnée sensible ?

-savoir si l’élève nécessite une prise en charge médicale importante, n’est-ce pas une donnée sensible ?

-savoir si l’élève doit  suivre un parcours particulier, n’est-ce pas une donnée sensible ?

 

Alors que jusqu’à présent, le rôle du directeur d’école se limitait à recueillir et transmettre les fiches de renseignements et les lettres justifiant les demandes de dérogation des parents, on lui enjoint maintenant d’interpréter ces demandes et de cocher « la bonne case » dans le fichier. Ainsi, en faisant passer cet acte qui peut être lourd de conséquences sur l’avenir de l’enfant pour un acte administratif anodin, on lui fait endosser la responsabilité de saisir les données confidentielles et ô combien sensibles concernant la santé d’un enfant ou les ressources de ses parents, et cela sans même que les familles en soient averties.

 

Le Collectif Aveyronnais contre Base Elèves dénonce le fait qu’une nouvelle fois, en se défaussant sur eux de l’obligatoire information aux familles (article 32 de la Loi Informatique et Libertés) sans leur donner les moyens de la dispenser, l’administration de l’Education Nationale contraint les directeurs d’école à se mettre dans l’illégalité pour obéir à ses injonctions.

 

Il appelle les directeurs à refuser collectivement d’effectuer cette nouvelle tâche qui engage lourdement leur responsabilité professionnelle (mais aussi personnelle, par l’utilisation de la clé OTP), et à continuer à utiliser les dossiers papier qui permettront aux parents de faire connaître leur choix quant à l’affectation de leur enfant en 6ème .

 

Le dossier Affelnet sera, entre autres,  abordé lors de la Conférence Débat , vendredi 12 avril, salle Caylus à Saint Affrique -20h30-, par Jérome Thorel, journaliste,  et auteur aux Editions La Découverte du livre « Attentifs ensemble, l’injonction au bonheur sécuritaire »

 

 le Collectif Aveyronnais Contre Base Elèves



Agenda syndical aveyronnais

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois