Réforme des rythmes scolaires - Grève nationale jeudi 5 décembre 

jeudi 28 novembre 2013


  Réforme des rythmes scolaires - Grève nationale jeudi 5 décembre

Vous avez jusqu’à lundi soir pour envoyer votre déclaration d’intention de faire grève.

Un rassemblement aura lieu devant la mairie de Rodez à 14h, jeudi 5 décembre. On vous y attend nombreux !

Le ministère a beau essayer de le minimiser : les 13 et 14 novembre, la grève contre la réforme Peillon des rythmes scolaires a été très importante ( même si ce n’est pas le cas en Aveyron !). Ce haut niveau de mobilisation confirme que cette réforme est massivement rejetée par les personnels.

 

Constats :

 La réforme des rythmes, mise en place à la rentrée 2013 pour un peu plus de 20 % des écoliers, fait apparaître de grandes difficultés :

·         Elle n’apporte aucune amélioration des conditions de travail ni pour les élèves ni pour les enseignants. Elle les dégrade même.

·         La réforme impose le recours à des emplois précaires et au bénévolat

·         La multiplication des interventions extérieures contribue à externaliser certains apprentissages ( arts, EPS, apprentissage d’une langue étrangère...) que nous voulons conserver dans notre enseignement polyvalent. Le temps périscolaire ne doit pas se substituer aux temps d’apprentissage. On assiste à la confusion, pour les élèves les plus jeunes, entre le temps scolaire et le temps périscolaire surtout s' ils se déroulent dans les mêmes locaux avec le même matériel

·         Nous sommes contre la mis en place des Projet EDucatifs Territoriaux PEDT qui donne du pouvoir aux collectivités territoriales sur l’organisation de notre temps de travail.

·         En faisant glisser les missions d’enseignement de l’Éducation nationale vers les communes, elle crée de graves inégalités dans l’offre éducative : communes riches/pauvres, rurales/urbaines, priorités politiques des municipalités.

·         Rien n’interdit aux associations religieuses d’intervenir dans le cadre du périscolaire. C’est la laïcité qui est remise en cause ici.

·         Le financement de cette réforme n’est pas assuré. Ce sont les contribuables qui en font/ feront les frais.

·         Cette réforme bâclée a été mise en œuvre contre l’avis d’une majorité des personnels et de leurs organisations syndicales, elle a été imposée sans les moyens d’encadrement nécessaires.

 

Réactions du Ministère

V. Peillon s’obstine à refuser d’entendre que sa réforme est inacceptable. Il se permet même de multiplier les provocations :

·         il envoie des messages de mépris à celles et ceux qui proposent des alternatives en leur demandant de « réfléchir avant de parler » 

·         il soumet aux organisations syndicales un projet visant à flexibiliser le temps de travail des professeur-e-s des écoles remplaçant-e-s ou en poste fractionné   (temps supplémentaire effectué à récupérer au bon vouloir du DASEN)

·         il élabore un calendrier scolaire pour les prochaines années qui ne corrige aucun problème ( 10 ou 11 semaines sans interruption au troisième trimestre)

·         La fatigue des élèves de maternelle qui suivent les nouveaux rythmes est dénoncée de toutes parts ( parents, enseignants, animateurs..) Pour y remédier, il fait des recommandations aux personnels de maternelle sur des pratiques à adopter qu’ils appliquent depuis toujours ( alternance temps d’activités en groupe/temps de repos, temps collectif/temps individuel, connaissance des adultes et de leurs fonctions... !)

·         il étend l’abaissement des taux d’encadrement à l’ensemble des activités périscolaires…

 

Positions de Sud Education

Pour SUD éducation, le débat sur les rythmes scolaires ne peut être dissocié d’une réflexion de fond sur une école émancipatrice ; une réforme des rythmes scolaires est inséparable d’une amélioration des conditions d’accueil et d’enseignement pour les élèves, et des conditions de travail de l’ensemble des personnels. Cela passe par un autre budget, ce qui suppose de rompre avec l’austérité. Cela suppose aussi d’imposer des mesures immédiates pour les élèves et les personnels :   

·         Suppression de l’aide personnalisée qui s’est transformée en APC ( Aide Pédagogique Complémentaires) et mise en place de RASED complets sur tous les territoires, avec les collègues des différentes spécialités (pédagogiques, rééducatives et psychologiques), qui ne doivent être ni fusionnées ni supprimées mais reconnues et maintenues dans leurs spécificités

·         Augmentation du nombre de postes aux concours et titularisation de tous les personnels précaires

·         Abrogation de la masterisation et mise en place d’une véritable formation initiale rémunérée

·         Développement d’une formation continue de qualité sur le temps de service pour tous les personnels

·         Réforme du contenu des programmes actuels

·         Abandon du socle commun et de sa déclinaison en livret personnel de  compétences 

·         Réaffirmation de la liberté pédagogique et abandon des procédures de fichage des élèves et de contrôle du travail des enseignant-es

·         Augmentation des salaires des personnels de la fonction publique 

·         Suppression de toutes formes d’annualisation du temps de travail

·          Rétablissement des droits syndicaux, du droit de grève et abrogation du service minimum

·         Lutte contre les inégalités territoriales: l’enseignement polyvalent doit rester Education Nationale

·         Différenciation du temps de service des P.E devant élèves du temps d’enseignement pour les élèves ( plus de maîtres que de classes)

·         Réduction du temps d'enseignement: 18h devant élèves et 6h de concertation, travail en équipe

·         Différenciation du temps de classe de la maternelle et de l’élémentaire selon l’âge des enfants

·         Réduction du nombre d’élèves par classe

 

Pour l’unité d’action de l’ensemble des personnels concernés, les organisations syndicales, Fédération des Services Publics CGT, CGT Educ’action, FNEC-FP-FO, Fédération SPS-FO, Snuipp/ FSU, SUD-Éducation, Fédération SUD Collectivités Territoriales  , appellent  l’ensemble des personnels du 1er degré ainsi que les personnels des collectivités territoriales, animateurs, éducateurs territoriaux, enseignants artistiques territoriaux et ATSEM, adjoints techniques …

à faire grève le jeudi 5 décembre 2013, pour obtenir la suspension immédiate de la mise en œuvre de la réforme et l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires.

Imposons une autre réforme !



Agenda syndical aveyronnais

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois