Une autre analyse du livret de compétences

lundi 29 novembre 2010



La Ligue des Droits de l’Homme a révélé l’existence de deux nouveaux textes : un arrêté et une circulaire qui définissent les finalités de ce « LPC », attribué à tous les individus scolarisés, de la maternelle au lycée. Un « livret personnel des compétences » existait déjà depuis 2008, passé complètement inaperçu. Un « livret de compétences » expérimental existe également. Sa phase d’expérimentation, prévue de 2010 à fin 2012, semble le destiner uniquement aux collèges et aux lycées. Rappelons que Base élèves aussi a été lancé en phase « expérimentale », en 2005. Mais aucun bilan public n’a été publié, aucune concertation n’a été mise en place pour imposer ensuite le dispositif à toute la France. Ainsi, jouant sur le flou entre le « livret » et « livret personnel », avant même que l’expérimentation arrive à son terme, l’État utilise déjà un livret des compétences au collège et dans le premier degré (le LPC), et élargira bientôt son usage sous forme numérique !

Arrêté du 14 juin 2010 ( JO du 1er juillet) « relatif au livret personnel de compétences », qui décrit les différentes « compétences » acquises, selon une méthode discriminatoire : en mode binaire (0 ou 1, oui ou non, blanc ou noir, date ou pas date…). Elles seront validées au niveau de chacun des trois paliers suivants du parcours scolaire : palier 1, fin de CE1 ; palier 2, fin de CM2 ; palier 3 : fin de la scolarité obligatoire.

Circulaire du 18 juin 2010 ( publiée le 8 juillet) sur la « Mise en œuvre du livret personnel de compétences ». Un texte qui « informe » (sic) de « l’utilisation prochaine d’une nouvelle application numérique développée sous environnement Sconet, appelée Livret personnel de compétences (LPC) ».
En ce qui concerne la mise en oeuvre du LPC, la circulaire du 18 juin précise :
« Le module collège de l’application LPC sera disponible dans tous les établissements à la rentrée scolaire 2010. Un module propre au premier degré sera disponible à la rentrée 2011 afin de garantir la continuité de la prise en compte des résultats des élèves au long de la scolarité obligatoire. »

qu’en est-il du respect des droits des personnes (droit à l’information, droit d’opposition, droit d’accès et droit de rectification) ? (articles 38, 39 et 40 de la loi informatique et libertés) ;
où les nouvelles données (les évaluations des acquis) seront-elles stockées ? qui y aura accès ?
quelles spécifications ont été communiquées à la Cnil ?
La généralisation du « passeport », l’autre livret expérimental, posera le problème de l’interconnexion entre les domaines de l’Education et celui de Pôle emploi…
Enfin, il est intéressant de noter que les compétences et les acquis étaient des données liberticides retirées hier de Base élèves , pour être aujourd’hui rassemblées dans ce « Livret personnel de compétences ».


ce texte a été rédigé par le collectif St Affricain contre Base Elèves (FCPE St Affrique, RESF, LDH Rodez-Millau, Sud Education 12, Union syndicale Solidaires, CGT Education, Emancipation 12 (FSU), CNT Lot-Aveyron, Udas, Parents, Enseignants, Citoyens, ... ) et a été envoyé à toutes les écoles de Midi-Pyrénées et aux IA et IEN.
 


Agenda syndical aveyronnais

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois