Des correcteurs contraints de falsifier leurs notes !

mercredi 26 juin 2013

Les correcteurs contraints de falsifier leurs notes !

Après le scandale dans l’académie d’Orléans-Tours où la presse a relayé la situation des professeurs de français invités à noter sur 24 au lieu de 20, l’académie Nancy-Metz est touchée à son tour ...
En voici quelques exemples :
En sciences (SVT et physique-chimie), l’inspection demande aux correcteurs de saisir leurs notes toutes les 10 copies. Dès que le correcteur indique une moyenne inférieure à l’objectif académique, l’inspecteur lui envoie un message pour qu’il revoie sa correction...
En sciences et technologies industrielles (STI2D), les inspecteurs demandent aux membres de jury de l’épreuve orale terminale de leur transmettre les notes avant de les saisir. dans un document de cadrage, ils précisent : « le cas échéant, les notes modifiées seront saisies lors de la réunion d’harmonisation ».
En français, en histoire-géographie, il est demandé qu’aucun collègue (quelle que soit la qualité de son lot de copies) ne soit en dessous de l’objectif académique. En réunion dite d’harmonisation, les correcteurs dont la moyenne est trop basse doivent rester en présence de l’inspecteur pour remonter les notes des copies les plus faibles.

En langues, en sciences de gestion (STMG), en philosophie, en mathématiques...il en est malheureusement de même...

Quel objectif à tout cela ?

Pour Sud Éducation, c’est très clair : quand les programmes sont trop vastes pour être faits dans le temps imparti, que les classes sont surchargées, que les enseignants sont contraints d’avancer au pas de charge, qu’il leur est impossible de mener toute pédagogie réellement différenciée et alternative, que la charge et les conditions de travail s’alourdissent et que les élèves sont de moins en moins bien préparés...

Il faut montrer que tout va bien !

Il faut montrer le bien fondé des réformes, que l’on peut faire aussi bien, voire mieux, avec moins de moyens...
Tout est fait pour maquiller la baisse de qualité, gonfler artificiellement les résultats et faire croire que les objectifs sont atteints.
Ce dommage collatéral tombe bien, car en décrédibilisant le bac, le passage au contrôle en cours de formation (CCF) en sera facilité.

Sud Éducation revendique :

La défense des diplômes nationaux et l’arrêt de la généralisation du contrôle continu et le rétablissement de toutes les épreuves terminales.
L’arrêt des pressions hiérarchiques exercées sur les collègues correcteurs.
L’abandon des logiques de performance, pilotage par les résultats et autres contrats d’objectif.
L’abrogation de la réforme du lycée.


Agenda syndical aveyronnais

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois