La casse continue...

mardi 9 avril 2013

A l’heure où tous les indicateurs pointent l’échec que représente la mise en place des bacs pro 3 ans (résultats décevants à la session 2012, accentuation du décrochage, écart croissant entre le niveau suffisant pour « décrocher » le bac pro en CCF et le niveau nécessaire pour « suivre » en BTS, qui semble être la poursuite d’étude logique des bacs pro, ...), une expérimentation soulève bon nombre de questions : les parcours mixés

Parcours mixés : de quoi s’agit-il ?

La seconde pro se fera en formation initiale, la première et la terminale se feront en alternance (1+2) ou seule la terminale sera en alternance (2+1).
Problème pour les élèves : l’alternance demande de l’autonomie et de la maturité puisqu’il faut mener de front études et vie professionnelle.
Quel devenir pour ceux et celles qui ne trouveront pas d’entreprise, que ce soit en milieu rural ou dans des tissus économiques sinistrés, ou ceux qui - comme on l’a trop vu dans les lycées où cette alternance a été expérimentée - doivent interrompre leur formation à la suite de la rupture du contrat, quel qu’en soit le motif ?

Alternance = baisse des heures d’enseignement

L’alternance justifie aussi la diminution des heures d’enseignement professionnel, ce que nous avons constaté au fil des années.
Cette mise en apprentissage forcée ne peut que déboucher sur un décrochage massif et une baisse du niveau de qualification : le lycée pro devient, de fait, à peine une salle d’attente qui n’aura pour finalité que d’accentuer un tri social déjà exacerbé.
Problèmes pour les profs : ce sont l’annualisation et la flexibilité qui se profilent, un travail de moins en moins pédagogique mais de plus en plus au service de l’entreprise puisque nous sommes obligé-e-s de trouver les lieux de stage aux élèves qui n’en ont pas et d’effectuer les visites et évaluations lors des périodes de formation en entreprise.
L’alternance va aussi supprimer encore un nombre conséquent de postes.

La labellisation « lycée des métiers » provoque une mixité des publics (apprentis et élèves dans les mêmes classes) et une régionalisation des formations qui officialisent la sortie de la formation professionnelle sous statut scolaire.

En parallèle, nous continuons à assister à un matraquage médiatique vantant les mérites de l’apprentissage.

Les 3es prépapro passent peu à peu en collège...

Tout cela détruit le service public d’éducation sous statut scolaire !



Agenda syndical aveyronnais

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois