Un rassemblement prévu contre le Traité budgétaire européen

mercredi 26 septembre 2012

Article paru dans MIDI LIBRE le 25 septembre 2012

« Dire non au Traité budgétaire européen, c’est dire non à l’austérité permanente. Le discours est clair, mais sera-t-il entendu ? Un collectif unitaire local composé d’organisations associatives, syndicales et politiques (Attac, FSU, Parti de gauche, NPA, CGT Éduc’action, etc.) lance "un appel à la raison" à la gauche en faisant valoir le contenu, les risques et les conséquences de la signature d’un tel traité sur l’Union Européenne.

Aux yeux de Martine Hantz, adhérente à “Attac et Solidaire”, François Hollande, le président de la République, ne respecte pas ses engagements et ne tient pas ses promesses électorales : "Il s’était pourtant engagé à renégocier ce pacte budgétaire. En votant pour, on ne fera qu’entériner une politique basée sur la limitation du budget. La fameuse règle d’or budgétaire. On va rentrer tout simplement dans un système de récession."

 "Ce pacte va aggraver les chiffres"

À ses côtés, Guilhem Serieys du Front de gauche, semble quelque peu irrité du discours actuel de la majorité. Et justifie sa prise de position : "Si ce traité est ratifié, le budget de l’État sera amputé d’au moins 60 milliards d’euros. Imaginez les conséquences que cela aura sur l’économie de notre pays. La dette va s’accroître. Je ne vous parle pas du chômage. Ce pacte va aggraver les chiffres. Et j’ajoute qu’une telle décision bloquera toute amorce de transition écologique."

 Martine Hantz et consorts souhaitent donc interpeller les parlementaires pour leur demander de voter contre. Ce rejet "permettrait d’ouvrir le débat pour réorienter l’Europe", précise-t-il.

Pour un référendum pour le Pacte

 Autre point de divergences, la question du référendum. "Le vrai problème est d’ordre démocratique. On se bat aujourd’hui pour qu’un référendum ait lieu", insiste Guilhem Sérieys.

 Jean-Albert Bessière (PC) opine, avant de passer à l’offensive : "La souveraineté du peuple est remise en cause, c’est intolérable. Si on ne fait rien pour changer la donne, on part à la catastrophe. On parle d’austérité, donc de recul. Fort heureusement, le refus des verts va probablement faire bouger les lignes."

 Le groupe Europe Écologie - Les verts semblent en effet créer le malaise à gauche, et Guilhem Serieys d’indiquer : "On se retrouve face à une fracture structurelle de la gauche. Une brèche avait déjà été ouverte en 2005. Actuellement, on est en opposition frontale contre la politique économique menée par notre chef de l’État." Pour crier haut et fort son déssacord, le collectif va donc battre le pavé. Le rassemblement est prévu ce mercredi à 18 h devant la préfecture, à Rodez. »

 

Lien vers l’article de la Dépêche du Midi
http://www.ladepeche.fr/article/201...


Agenda syndical aveyronnais

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728   
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois